IL N’Y A QUE DEUX UNIVERS

Dans cet article, il sera très souvent question des Esprits. Malheureusement, ce terme a été massacré par un tas d’interprétations majoritairement issues des religions autant monothéistes, animistes que polythéistes ou de la superstition populaire. L’autre interprétation très répandue le fut par l’occultisme, c’est-à-dire cet enseignement le plus souvent ténébreux et qui se situe très exactement à la frontière entre la religion et la superstition. Donc pour moi, Esprit n’a rien à faire avec « Esprit es-tu là ? »

L’Esprit n’est autre que nous-mêmes. Nous sommes là, à parler des Esprits sous tous les idiomes possibles comme des choses étranges, mystérieuses, inconnues et possiblement même farfelues, alors que dans les faits, nous sommes tous Esprits depuis très longtemps, humains pour un temps et redeviendrons Esprit une fois débarrassés de ces corps grossiers pour y revenir, l’instinct d’incarnation étant à l’Esprit ce que l’instinct de conservation est à l’humain. Un des objectifs de cet article est de réhabiliter le mot Esprit et de le définir comme il se doit d’être : NOUS.

Les Esprits ne datent donc pas du spiritisme du 19e siècle, ils ne sont pas que ces manifestations de tables ou ces figures fantomatiques que l’on voit sur certaines photographies douteuses. Ils ne hantent pas que les prisons du 19e siècle, les vieux hôtels en cambrousse ou les manoirs écossais. Ils sont parmi nous, dans nos maisons, ils nous accompagnent partout où nous allons, ils sont en fait au moins 4 ou 5 fois plus nombreux que nous pouvons compter d’humains sur cette planète et s’il est un endroit où il est quasi inutile de chercher un Esprit c’est bien dans un cimetière ! Que pourrais-je foutre dans un cimetière en tant qu’Esprit, je vous le demande ? Regarder pousser l’herbe ???

Les Esprits sont présents dans toutes les religions, des plus primitives aux plus récentes, dont l’Islam sous le nom de djinns, dans toutes les mythologies et dans une foule innombrable de récits dits de légendes. Ils portent des noms différents en fonction de la culture qui en traite.

Fondamentalement, en partant du principe premier voulant que nous soyons tous Esprits d’abord, humain ensuite, il existe donc deux univers. Celui matériel et à trois dimensions dans lequel évoluent des êtres matériels constitués de chair comme nous et qui est dans sa plus humble condition, une manifestation primaire pour ne pas dire primitive de l’autre univers dont il est issu, l’univers spirituel. L’univers matériel n’a qu’un niveau. Le troisième sous-sol. Mais le monde spirituel est comme un gratte-ciel sans fin ou infini avec des milliards d’étages. Essentiellement, ce sont les deux seuls univers existants : le matériel et le spirituel, le visible et l’invisible.

Tout comme le terme Esprit a été galvaudé par un tas d’interprétations vulgaires, il en va de même du terme se voulant son épithète : spirituel. Le mot spirituel est fâcheusement utilisé en grande partie pour soutenir le caractère religieux ou sacré d’une personne, d’un édifice ou d’un lieu. Parfois on l’utilise pour désigner le caractère de finesse et d’intelligence d’une personne, mais il est clair que pour tous, le mot spirituel est synonyme de sacré, lequel déjà est grandement associé à la religion. Ce qui ne devrait aucunement l’être.

Le mot spirituel désigne l’Esprit et l’Esprit n’est pas d’origine religieuse, mais cosmique. L’Esprit a été créé, vit éternellement dans l’espace infini oui, mais la religion a sacralisé le tout. Elle en a fait quelque chose de sacré que nous devons adorer, vénérer à genoux ou le visage dans la poussière parce que nous ne sommes que de vulgaires humains pourvus tout juste d’une âme, une sorte de loupiotte dont la garantie d’existence est assortie de tant de conditions reliées aux maîtres de ces mêmes religions, qu’on risque de la perdre à tout instant. Ah ! l’onanisme !!!

L’Esprit, tout comme Dieu ou la Divine Mère, n’a absolument et rigoureusement aucun rapport avec aucune religion. Ce sont les hommes qui ont créé les religions de toutes pièces en créant un faux rapport avec Dieu et les Esprits qu’ils ont appelés Saints, Anges, Diables et autres. Les hommes peuvent inventer toutes les mascarades qu’ils veulent et se costumer comme pour aller au carnaval en récitant des prières ou chantant des hymnes tant qu’ils veulent. Cela ne concerne qu’eux, sur leur petit monde. C’est tout à fait comme un petit garçon qui fait bang bang, tu es mort avec ses doigts. C’est amusant, mais personne ne tombe foudroyé vous comprenez ? Il est dans son petit monde, fait du bruit avec sa bouche et il s’amuse.

Par spirituel, entendons ici et pour l’avenir, l’épithète désignant une condition, un état non qualitatif de style, qui est fait pour l’Esprit, qui est fait d’Esprit et je ne le mentionnerai qu’une seule fois, le mot Esprit est écrit ici avec la majuscule pour le distinguer du mot esprit qui, en anglais, serait le mot mind par opposition au mot spirit une distinction qui n’existe malheureusement pas en français. La majuscule ne signifie donc pas une condition d’excellence ou de pureté puisque les Esprits naissent tous ignorants, imparfaits et dépourvus de tout sans oublier que pourvu d’une liberté de choisir absolue, il existe des Esprits de fort mauvaise qualité et d’intentions douteuses. En tant qu’humain, c’est-à-dire Esprit incarné, on doit se méfier d’eux au même titre qu’un gang de rue ! En d’autres termes, Hitler et ses nazis, les talibans, les psychopathes de l’état islamique, les pédophiles, les tueurs en série, etc., sont des êtres humains dotés d’un Esprit, un Esprit primaire très attaché aux valeurs détestables du monde matériel, mais un Esprit malgré tout. Même Trump en est un…

L’univers est spirituel d’abord, matière ensuite. La cause de tout est d’ordre spirituel, les effets sont spirituels également, mais matériels lorsque situés au bas de l’échelle de condensation. Pour bien me faire comprendre, voyez le monde spirituel comme une nuée invisible d’humidité et la matière comme l’eau déjà plus dense et visible et bien sûr la neige, la glace qui tous forment la manifestation matérielle de l’humidité. La matière et ce qui constitue les mondes qui existent dans cet état sont tous considérés par les Esprits jeunes et en croissance (ce qui signifie des siècles, voire des millénaires de temps terrestre) comme des terrains de pratique, des écoles, des écoles spécialisées, des universités à l’occasion, mais aussi des camps de travail, voire de détention, des jardins d’enfance. L’incarnation est un apprentissage très varié sous diverses formes et situations pour permettre à l’Esprit de non pas connaître la nature des univers, mais la vivre.

Les Esprits s’incarnent pour apprendre, pour réparer les dommages causés par leurs précédentes incarnations. Ils s’incarnent aussi pour diriger une ou plusieurs opérations très précises, seuls ou en groupes, mais l’élément-clef de toute incarnation est toujours le même : grandir, évoluer, avancer. Il existe des mondes extrêmement grossiers par rapport au nôtre où les Esprits vraiment primaires, c’est-à-dire très jeunes et qui sortent à peine de la Matrice, vont se rendre. Vous ne voulez pas vous y rendre. Sérieux ! J’en ai visité un ou deux comme ça au passage et moi veux pas aller !

La Terre est considérée comme un lieu où se retrouvent plusieurs niveaux d’apprentissage, dont la plupart sont pour les Esprits primaires ayant déjà accumulé une certaine expérience dans la matière. Elle est aussi pour d’autres Esprits légèrement plus avancés qui ont toutefois encore besoin de s’incarner ici, pour réparer leurs bêtises antérieures et finalement c’est aussi un excellent choix pour débuter une carrière d’enseignant ou parfaire cette dernière avant de passer à une étape plus élevée.

Qu’il s’agisse de la Terre ou de toute autre planète, ce sont tous des lieux d’apprentissage pour les créatures du monde spirituel qui vont s’incarner dans ces créatures physiques, lesquelles sont évidemment de condition humaine et autres dans le sens que ce sont des créatures intelligentes dotées d’une conscience, qu’importe leur apparence physique. Ce qui distingue ces créatures des animaux est que ces derniers n’ont pas conscience d’autre chose que leur environnement et ne se posent jamais de question sur la place qu’ils occupent et le rôle qu’ils jouent. Un alligator ne se dira jamais un matin : « Bon d’accord, ce matin je vais être gentil et foutre la paix aux canards ». Comme il le fait depuis des millions d’années, il nage, ouvre sa gueule et bouffe le canard !

À noter que de nombreux Esprits s’incarnent à la fois pour apprendre et enseigner. Toutes ces créatures matérielles et humaines sont habitées par un Esprit. À noter que par créatures physiques, nous définissons tout être intelligent et conscient qu’il respire de l’oxygène ou du méthane, qu’il vive dans l’acide ou dans les airs sulfureux, qu’il soit de nature cristalline, électrique, osseuse ou autre. La vie dans le monde des trois dimensions est moins variée que dans le monde spirituel, mais elle va bien au-delà de ce qu’on trouve sur la petite planète bleue des Terriens.

L’humain de la Terre qui continue de se penser la seule forme d’intelligence et qui plus est, sous la réalité corporelle qu’il incarne, serait extrêmement surpris d’apprendre qu’il constitue en tant qu’espèce un pourcentage utile, mais sans plus de ce qui se meut dans son univers. Le modèle bipède ou humanoïde est effectivement largement représenté, mais le modèle typiquement terrien quant à lui est loin d’être majoritaire, mais laissons cela, il viendra bien un moment où le Terrien s’en rendra compte par lui-même, notamment s’il a l’opportunité de se remémorer une expérience.

Tous ces univers physiques qui constituent entre autres notre galaxie, mais toutes ces autres qui foisonnent par milliards, pourraient disparaître demain matin dans un effroyable cataclysme universel que cela n’aurait aucune incidence, aucune conséquence, si infime soit-elle sur ces créatures spirituelles. Elles quitteraient tout simplement leur corps ravagé, incendié ou démolécularisé pour poursuivre leur existence éternelle sur leur plan d’origine, leur monde spirituel, en attendant patiemment la création d’autres mondes matériels et y participant d’ailleurs pour le plus grand bien de leur éducation en ce domaine. Rien n’est plus enivrant pour un Esprit jeune que d’être autorisé à participer à une expédition créatrice dans une portion encore stérile de l’univers. On a tous fait ça !

La destruction, la mort et même la souffrance physique ou la maladie ne sont que des paramètres exclusifs au monde matériel. Ces choses n’existent nullement dans le monde des Esprits. À la rigueur, un Esprit mauvais, complètement déséquilibré par ses choix peut être neutralisé et isolé, mais la mort n’existe pas pour un Esprit.

Les Esprits ont été perçus et captés par des centaines de millions d’humains depuis l’aube des temps, simplement parce que l’enveloppe psychique de ces humains, cette espèce de peau mystique qui recouvre de manière invisible leur peau bien physique appelée notamment périsprit par Kardec ou substance morontielle par d’autres, est supra-développée.

Soyez avisé que je ne vais pas déclencher une guerre de mots avec aucun d’entre vous. Si votre culture métaphysique utilise un autre terme provenant des enseignements de l’ésotérisme maçonnique, rosicrucien, égyptien, théosophique, kabbalistique, etc., il est aussi valable que ceux-ci dans la mesure où il définit cette capacité innée ou acquise d’entrer en contact ou de percevoir le monde invisible des Esprits.

N’y voyez là aucun miracle, aucun don, il s’agit simplement d’une prédisposition naturelle innée ou acquise par une pratique adéquate de l’individu à capter l’invisible, tout comme d’autres voient dans l’obscurité ou possèdent des capacités sensorielles extrêmes, mais toujours considérées parfaitement naturelles. Certains humains peuvent capter les ultrasons des chauves-souris ou avoir une acuité visuelle dépassant les normes les plus élevées et ainsi de suite pour les cinq sens. Le problème c’est que l’acuité psychique, le sixième sens autrement dit, ne peut aucunement être mesurée et n’étant pas reconnue par la science occidentale, elle est donc rejetée, voire méprisée et sert de menu pour les films à sensations. On parle donc des médiums ou des channelers, mais encore là, ces termes ne suffisent pas puisqu’ils sont associés par l’habitude à des gens de foires occultes, des voyants en ligne ou autres supports, tous très mal perçus par la population qui voit là un exercice commercial le plus souvent frauduleux, ce qui n’est pas faux. Le fléau des faux médiums est une accablante réalité.

Ce processus de captation, même s’il passe via cette membrane psychique, autorise l’humain favorisé à ressentir, percevoir, voir et/ou entendre les Esprits qui évoluent dans son univers. Cela peut se faire de tant de façon qu’il faudrait un ouvrage complet pour en déterminer les catégories ce qui au demeurant fut très bien exécuté par Allan Kardec dans son Livre des Médiums. D’ailleurs, les ouvrages de Kardec constituent dans leur ensemble un corpus littéraire absolument extraordinaire pour celui qui veut y consacrer toute son attention.

Les humains qui ont cette capacité maîtrisent cette dernière à différents niveaux d’intensité et de précisions. Permettez-moi cependant d’y revenir tant la question est importante : ce domaine est pollué et contaminé par une quantité astronomique de faux jetons, de tricheurs et de fraudeurs puisque bien évidemment, ce rapport entre l’humain et l’Esprit ne peut aucunement être mesuré, voire détecté dans l’état actuel de nos technologies ce qui donne libre cours à tous ces arnaqueurs. Leur seule existence est un obstacle considérable à l’origine d’une méfiance presque absolue de la population en général pour tout ce qui a trait à la doctrine spirite. Je redonde direz-vous, mais si vous saviez à quel point le problème est répandu c’est à en pleurer ! Moi je suis un médium inspiré. Puis-je le prouver ? Non. Si ça vous tente de me traiter de charlatan, faites-le, je ne peux rien faire contre. Et c’est constamment comme ça dans ce domaine.

Les Esprits captés par ces humains, médiums, mages, chamans, sorciers, grands-prêtres, oracles, prophètes, voyants et autres, autrefois comme de nos jours, ont donné naissance à des personnages étranges qui ont peuplé et peuplent encore des récits associés autant à la religion qu’à la mythologie, qu’aux contes et légendes de nos ancêtres. On parle alors des gnomes, des fées, des dieux, des déesses, selon le rôle qu’ils semblaient jouer auprès de la nature ou des hommes. Ils ont été appelés djinns, démons, harpies, diables, satyres, sirènes, anges, anges gardiens, nymphes, gremlins, archanges, spectres, fantômes, génies, gobelins, Esprits du vent ou de l’eau et de tout ce qui touche la nature, même les fleurs, les fruits, les arbres et sont appelés alors devas ou elfes sylvestres, elfes marins, naïades et autres. J’ai d’ailleurs observé certains de ces Esprits fort étranges et différents biens sûr de l’Esprit qui m’habite et ce fut une expérience déterminante pour moi qui ne croyait qu’aux anges et aux extraterrestres. Autant d’Esprits, autant de rôles c’est affolant.

Donc, retenez bien ceci. Le monde sur lequel nous évoluons présentement n’est qu’un, pas très avancé d’ailleurs, parmi des milliards d’autres dans cet univers matériel qu’est le nôtre. Sans aucune discussion possible, vous devez reconnaître que l’univers spirituel dont il est issu a primauté sur tout ce qui est ou qui a apparence d’être. Le monde spirituel est le seul véritable univers intelligent et conséquent qui ait de l’importance. Il est infini et éternel, des conditions innées et n’existant que pour lui. L’univers matériel a été construit pour permettre aux Esprits de se planter, s’écorcher un genou, savoir ce qu’est le Mal, le Bien, la souffrance, l’Amour, la haine, bref d’explorer la « Création » dans son ensemble en la vivant au lieu de mettre un DVD cosmique et de siphonner un Pepsi en regardant les autres se planter.

Voyez cela un peu comme si vous étiez le propriétaire d’une immense maison luxueuse de 10,000 pieds carrés, magnifiquement aménagée avec tout ce qu’on peut imaginer autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ce serait là votre maison dans le monde spirituel. Par contre, lorsque vous partez en expédition « sur Terre » avec vos bottes de marche, votre sac à dos, votre lampe frontale et beaucoup d’ennuis à venir, vous logez dans le monde matériel dans une hutte de paille érigée sur de la terre battue, vous exposant à tous les dangers possibles et inimaginables.

Le monde matériel n’est qu’une sorte d’illusion qui très tôt ne deviendra qu’un souvenir comme lorsque vous repartirez pour de bon à la Maison. Aux yeux de tout Esprit, évolué ou non, l’incarnation demeure un statut temporaire, on ne s’y prête que pour une période de temps dérisoire face au concept même de l’éternité. Il est des deux, le seul univers offrant l’illusion trompeuse d’une fin quelconque. La sienne et bien sûr la nôtre. Tout ce qui est matériel a une fin, mais rien de ce qui est spirituel n’a de fin. L’univers spirituel existera toujours, et ce pour l’éternité et il en va de même pour tout ce qui y vit, un concept extrêmement difficile à saisir pour l’humain et surtout à maintenir à flot dans sa conscience extrêmement limitée de tous les jours.

L’incarnation est un processus extrêmement exigeant qu’on peut comparer à l’épreuve olympique de l’athlète. Pourquoi ? Parce qu’évidemment pour l’humain le temps compte et justement semble parfois s’éterniser. Ici dans la fange, cent ans valent cent ans et peuvent en paraître le double, alors qu’une fois désincarné, cent ans ne veulent plus rien dire pour l’Esprit. Donc, non seulement nous sommes Esprits d’abord et humains ensuite, mais notre ultime but, notre ultime objectif est déjà tracé d’avance, c’est-à-dire qu’une fois séparé du corps par la mort de celui-ci, on veut en arriver à ne plus ressentir la nécessité de s’incarner dans un corps fragile et amnésique et ne plus être Esprit d’abord, mais Esprit toujours et à jamais, dans le plus vaste univers qui soit, puisqu’infini, le Nôtre, par droit de Naissance en tant qu’Esprit issu de la matrice de la Source que pour mon choix et mon grand plaisir,



Catégories :Métaphysique et paranormal

Mots-clés :, , , , , , , , , ,

7 réponses

  1. Je n’ai jamais su pourquoi mais j’ai toujours senti que c’était ainsi.

    Aimé par 1 personne

  2. Parce que ca l’est !!!

    J’aime

  3. Je suis d’accord avec vous

    Aimé par 1 personne

  4. Vous parvenez encore une fois à mettre en des mots compréhensibles des enseignements qui ne sont pas toujours facile à conceptualiser pour beaucoup d’entités humaines. Soufflez sur les braises du coeur est vraiment un noble but. Merci

    Aimé par 1 personne

  5. Merci un magnifique article très bien écrit

    Aimé par 1 personne

Répondre à Jacques Lauzier Annuler la réponse

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :