MES VOLS DE NUIT BIEN À MOI

Article de Cathy O’Connor, présenté par Jean Casault

Cathy est, ou aurait pu devenir facilement une invitée chouchou des Faits Maudits à l’époque où j’animais cette émission à CJMD. Elle était venue me raconter sa perception absolument incroyable d’une vie antérieure qui m’avait passionné au plus haut point.

En ce qui me concerne, avec le temps, la question de savoir si la vie après la mort existe, si des Esprits existent ne se pose plus. C’est répondu et compris depuis tellement longtemps que je devrais faire des efforts pour pointer une date. Déjà à 4 ans je dirais, mais bon, trop petit pour l’écrire.

La seule question est : cet expérienceur me raconte-t-il des bobards, est-il crédible confond-il des rêves avec un Vol de nuit etc. Avec certains c’était tellement laborieux que je ne perdrai jamais de temps avec ça. Surtout des hommes et je ne sais pas pourquoi, c’est sexuel sans doute.

Mais avec Cathy évidemment c’est autre chose, mais tout sonne vrai, authentique et ce sont là les signes d’une haute qualité d’expérienceur comme il y en a beaucoup oui, mais par rapport à la masse, elles sont extrêmement rares. Moi j’ai le don de les attirer, ces gens viennent à moi spontanément et savent que jamais je ne les trahirai. L’inverse arrive, à l’occasion, mais de mon côté jamais ! Cela explique la quantité astronomique de témoignages recueillis en plus de 50 ans et qui devinrent des livres, des articles et des émissions.

Donc voici son envoi et en plus cette bondieuse de femme écrit à la perfection. Je n’ai rien retouché, rien changé, rien modifié sauf son titre qui était archi-plate.

Voici donc chers amis et chères amies, Cathy O’Connor. Elle était avec Carole Lauzé et moi lors d’une nouvelle émission, de Zone Parallèle à CJMD 96,9FM le 5 décembre 2020.

Jean Casault et Cathy O’Connor

MES VOLS DE NUIT BIEN À MOI de Cathy O’Connor

Le domaine des rêves et autres états de conscience modifiés m’ont toujours fascinée. Depuis toute jeune, je m’intéresse à mes rêves, surtout les plus marquants et je les raconte à mon entourage. Ayant une personnalité créative et artistique, il semble que ça aide cette dimension parallèle de ma vie, à être assez riche en images, en émotions et en sensations! Ma mère, à qui je racontais jadis mes péripéties nocturnes, me disait souvent: « Ahhh, toi tes rêves sont comme des films !!! »

C’est donc naturellement que dès mon adolescence, où je lisais beaucoup sur différents sujets, je me suis vivement intéressée, à ce qu’on appelait à l’époque: le Voyage Astral. Je me rappelle que mon premier livre sur le sujet s’intitulait : La Projection Astrale. Sur la couverture, il y avait un personnage bleuté, représentant le corps astral, qui se détachait du corps physique endormi. J’avais même reproduit cette illustration en peinture, tellement je trouvais cela impressionnant!

Cette image m’a longtemps habitée comme représentation de ce que devait être une sortie hors du corps, une fois endormie. Bien que j’aie acquis plusieurs informations utiles dans ce petit bouquin et dans plusieurs autres, lus par la suite (comme celle d’apprivoiser et de maîtriser ses peurs, qui ne font que ralentir, voire annuler l’expérience), je peux dire aujourd’hui, que cela m’a malheureusement amenée à ignorer durant des années mes propres expériences de sorties hors du corps, qui ne se passaient pas du tout comme décrites dans ces livres !

En effet, j’ai parfois fait l’essai des exercices proposés dans les bouquins. Le but était candidement et naïvement d’arriver à sortir de mon corps pour explorer des Mondes Fantastiques ! À cette époque, je n’y suis jamais arrivée comme tel et je n’ai ainsi, jamais réussi à visiter les Pyramides d’Égypte, Shamballa, ni les fameuses Annales Akashiques, dont certains parlaient !

Mais des années plus tard, grâce à de nouvelles informations plus avancées sur le sujet, j’ai compris que je faisais déjà des sorties hors de mon corps physique depuis longtemps de façon spontanée ! En fait, j’en faisais involontairement et assez régulièrement depuis mon enfance, où il se passait des trucs beaucoup plus modestes et bien moins spectaculaires ! Ce fut là une révélation personnelle importante !

Ainsi, c’est donc plus récemment dans ma vie que ce phénomène intriguant, tel que je le vis depuis des années, m’a été confirmé. Cela m’est apparu évident, entre autres, à la lecture des publications de Jean Casault, avec ce qu’il a joliment et pertinemment nommé : Les Vols de Nuit. J’ai en effet saisi qu’il n’était pas nécessaire, pour faire cette expérience, que cela se passe absolument de façon clichée, soit celle où il faut se concentrer sur sa sortie, au son d’une forte vibration, pour s’envoler par la tête, hors de son corps physique, retenu par une corde d’argent au niveau du nombril, où l’on peut voir tout en bas, son soi-même inanimé ! 

Pour certain, c’est peut-être de cette façon que ça se passe, mais jamais exactement comme cela pour moi, à date. Comme si c’étaient les uniques critères pour déterminer qu’il s’agisse bien d’une sortie astrale ou d’un vol de nuit, alors qu’il en existe bien d’autres, aussi importants que ceux-là!

Alors, ce que j’ai retenu comme particularités pour déterminer un vol de nuit versus un rêve ordinaire, et qui permet de les différencier relativement facilement, ce sont: la sensation très nette d’être conscient et éveillé, avoir un contrôle facile et rapide sur ce qui se passe, seulement par la volonté et la pensée, ainsi que ressentir une charge émotionnelle intense, parfois de peur, parfois de colère, parfois de joie, parfois d’amusement, parfois de liberté et parfois d’exaltation. 

Les images et les scènes où l’on participe à l’action sont aussi très claires et vraies, souvent brillantes ou luminescentes et non mélangées et confuses comme dans les rêves banals. La plupart du temps, on éprouve une sensation de légèreté, de flottement ou carrément où on peut voler en hauteur sur de grandes distances et à volonté ! Probablement, que le terme vol de nuit vient de cette sensation très spéciale ! 

Il m’est donc arrivé de raconter à quelques personnes quelques-uns de ces vols de nuit, qui m’ont davantage marquée que les autres et on m’a ensuite encouragée à les partager. J’ai accepté, même si ces expériences sont extrêmement personnelles et parfois intimes, parce que je pense que ça peut aider d’autres personnes désireuses de développer, d’explorer et comprendre leurs propres expériences. 

L’un de mes vols de nuit très particulier a d’ailleurs déjà été le sujet, en décembre 2016, de l’émission de radio Les Faits Maudits, diffusée sur les ondes de CJMD 96,9 Lévis, qu’animait alors Jean Casault. Suite à nos échanges écrits, il m’avait invitée à aller raconter mon expérience en studio. Cette anecdote assez spéciale, survenue en mars 2012, de rencontre spectrale avec trois enfants en train de m’observer au pied de mon lit durant une sortie hors du corps, ainsi que des éléments troublants, possiblement reliés à la célèbre Eleonor Roosevelt, qui s’y sont rattachés par la suite, cadraient parfaitement dans son émission. 

Durant quelques années, j’avais conservé une vive sensation de peur et d’incompréhension de cet événement, mais grâce à mes discussions avec Jean et mon passage à son émission, j’ai réussi à l’exorciser et le comprendre en partie, puis à être en paix avec cela ! Une fois les éléments réunis, ma conclusion était, sans toutefois en être sûre, que j’ai probablement assisté à une scène de vie antérieure, où ces enfants étaient les miens et me veillaient sur mon lit de mort…

Donc, avant de raconter mes autres vols de nuit élaborés et significatifs, je veux mentionner qu’il arrive souvent que mes expériences soient courtes (du moins de ce que je me souviens au réveil), furtives, surprenantes, voire cocasses ! Comme la fois où je me suis retrouvée à flotter à deux pouces du plafond en train d’observer les détails du stucco qui m’apparaissent comme quasiment vus au microscope ! Ahahaha ! 

Et cette fois, plus récente, où je ne me rappelle pas la sortie, mais très bien la rentrée ratée de mon corps éthérique dans mon corps physique. Je me suis retrouvée, je ne sais trop comment, à moitié à l’envers dans mon corps, la tête en bas, traversant le matelas de mon lit avec les bras qui pendaient et qui passaient aussi au travers du plancher de bois-franc ! Je ressentais un grand malaise physique et j’étais très surprise et intriguée de me retrouver ainsi ! J’ai réussi à me replacer dans mon corps avec grande difficulté et beaucoup de douleur et ce n’est qu’à mon réveil que j’ai compris ce qui s’était passé. 

Comme je disais, il y a des fois où c’est cocasse, mais aussi où j’expérimente comme une enfant les pouvoirs exaltants et amusants que ça me donne. Comme me lancer plusieurs fois du haut d’un balcon par-dessus les escaliers pour atterrir doucement en bas sur mes pieds. Me promener dans l’Espace et survoler la Terre, voir l’Amérique du Nord et me dire, tiens, c’est la Floride en-dessous ! Décider que j’ai envie de voir une belle plage ensoleillée de Cuba et m’y diriger en volant, de façon ultrarapide ! Ou encore, me retrouver au pied d’un arbre immense et décider de m’envoler pour en voir le sommet, pour y apercevoir, perchés, des milliers d’oiseaux luminescents de couleur or ! Un spectacle époustouflant, spirituel et très émouvant, que j’ai essayé de reproduire en peinture, sans pouvoir toutefois rendre la scène aussi hallucinante que celle que j’ai vue !

J’en arrive maintenant à raconter ces vols de nuit plus étoffés, et surtout beaucoup plus étranges et étonnants ! Le premier remonte à l’époque où je n’étais qu’une petite fille de 3 ou 4 ans. Je ne sais pas trop pourquoi, mais encore à ce jour, je m’en souviens clairement et j’ai maintenant 51 ans ! Voici donc… par un bel après-midi, où je peinais à m’endormir pour ma sieste, je me suis ramassée avec l’oreille pliée dans mon oreiller et me suis ainsi mise à entendre la cadence régulière de mon cœur qui battait. Cela m’a subitement plongée dans une scène de rêve étrange.

Je me suis retrouvée dehors, dans une nature sauvage, au milieu d’une tribu d’hommes primitifs. Ils portaient des lances et des torches allumées, car la noirceur tombait (ou le jour se levait ?). Je me voyais moi-même comme étant un jeune garçon indigène d’environ 10 ans, qui marchait en file indienne avec sa tribu au rythme des tam-tams, qui se trouvait être le même que celui de mon cœur qui battait dans mon oreille. Nous nous dirigions rapidement vers l’entrée d’une grotte, où nous avons descendu un escalier en terre battue, pour nous réfugier sous terre. Je ressentais beaucoup de tristesse et de peur, comme si un danger imminent nous menaçait…

Je me suis souvent demandé si cette scène ne dépeignait pas un souvenir d’une vie antérieure, allant même à me demander si elle ne représentait pas aussi les instants précédents ma mort dans cette vie. C’est une vague impression que j’ai aussi ressentie lors de plusieurs rêves lucides.

Comme cette fois où je me suis retrouvée, à une époque médiévale, couchée sur une grande table en pierre, dans ce que je crois être la pièce d’un château, ouverte sur le ciel. J’étais une jeune femme, retenue captive, sans toutefois être attachée, mais souffrant d’une faiblesse importante et je regardais les étoiles, sachant que ma fin était proche. Je me sentais terriblement triste et seule et j’avais très hâte de retourner au Ciel. 

Il y a eu aussi cet autre rêve lucide d’époque, se situant, il me semble, durant la Deuxième Guerre mondiale. Encore une femme se cachant dans les ruines de ce qui fut des bâtiments d’habitations. J’étais pourchassée par un soldat. Il m’a malheureusement retrouvée et surprise par-derrière en me poignardant mortellement au dos. Ouf, la douleur atroce et la sensation de mourir pour vrai, ça m’a réveillée en sursaut disons ! J’étais très ébranlée comme si ça venait juste de m’arriver ! 

Je fais aussi régulièrement depuis quelques années des vols de nuit assez particuliers concernant des contacts extraterrestres. J’en ai fait des dizaines, de façon récurrente. Parfois, il s’agit d’observations d’engins volants ou de formes colorées et mouvantes dans le ciel, qui me paraissent très familières, qui me paralysent physiquement et me fascinent visuellement. Chaque fois, je me sens comme agacée et me dis mentalement : Bon, les revoilà ! Qu’est-ce qu’ils me veulent encore !? Il s’ensuit souvent un message que je reçois télépathiquement, sans que je sois capable de m’en souvenir une fois éveillée. 

Plusieurs fois aussi, lors de ces vols de nuit, j’ai pu observer des vaisseaux volants de style soucoupe très lumineuse (une fois c’était de forme hexagonale noire) faire du surplace au-dessus de moi et des membres de ma famille ou de ma maison. Et même à l’occasion, nous enlever. Je me souviens que dans l’un d’eux, je me suis couchée par terre, par-dessus mon conjoint pour le protéger du rayon lumineux puissant, qui sortait du vaisseau et qui nous aspirait à travers la porte-patio. 

En fait, dans tous ces vols de nuit, je n’ai pas peur pour moi, mais je tente toujours de protéger ma famille. Une fois, je voyais des petits Êtres aller se cacher dans la sombre cour arrière chez mes parents et j’étais inquiète de ce qu’ils y faisaient. Mais voici le plus fascinant vol de nuit que j’ai fait jusqu’à présent sur ce sujet. 

Je me trouve dans ma cuisine, devant mon comptoir face à la porte d’entrée et je suis en compagnie de ma sœur, avec qui je converse, mais qui semble étrangement somnolente. Je me retourne vers l’entrée et je vois soudainement apparaître dans la fenêtre de la porte un Être assez terrifiant et très laid de type Extraterrestre Gris.

Il est assez grand et il me fixe avec ses gros yeux noirs globuleux. Je sens qu’il est en train de me manipuler mentalement et qu’il a des intentions malveillantes. Le Grand Gris me demande télépathiquement de lui ouvrir la porte et de le laisser entrer dans la maison. Je me demande en moi-même, pourquoi il a besoin de ma permission, car je sais qu’il a la force et la capacité de défoncer facilement ma porte. Mais cela semble symboliquement important pour lui que j’ouvre moi-même la porte pour le laisser entrer. Je sens qu’il essaie de contrôler mes pensées par son regard, alors je m’en détourne rageusement. Je suis en colère et je dis à ma sœur, toujours somnolente, que je ne dois plus le regarder directement dans les yeux, qu’il s’arrange donc avec ses troubles et que jamais je ne le laisserai entrer chez moi volontairement ! 

Mais, tout à coup, ma sœur n’est plus là ! Je crains qu’elle ait été attirée et soit sortie de la maison contre son gré par une fenêtre dans la pièce du fonds qui donne derrière la maison. J’y vais en courant, affolée, pour constater la scène suivante par la fenêtre : je vois la cour gazonnée de mon ancienne maison de campagne où se trouvent ma sœur, mon conjoint, mes deux filles, une cousine proche et même mon chien de l’époque, tous soulevés dans les airs par un rayon lumineux, endormis, la tête pendante sur le côté en train d’être aspirés par un immense vaisseau qui flotte au-dessus de la maison. Je suis alors très fâchée et frustrée de ne pas avoir réussi à empêcher ces enlèvements et j’ai de la peine, mais je me dis qu’au moins, je sais qu’ils vont les ramener… 

Ce qui est étonnant, c’est qu’il faut dire que lorsque j’ai fait ce vol de nuit, il y a environ 2 ans ½, ma sœur et moi avions un différend et on ne se fréquentait plus depuis des années. Nous avons depuis repris contact et lorsque je lui ai raconté ce rêve lucide très étrange, qui m’a beaucoup ébranlée, les larmes lui sont montées aux yeux et elle m’a dit avec émotion, qu’à mesure de ce que je lui racontais, elle avait la forte impression d’avoir déjà vu et vécu cette scène en rêve elle aussi ! Nous en avions les frissons toutes les deux ! 

Et comme si ce n’était pas suffisant pour me virer à l’envers, immédiatement après ce vol de nuit, un autre assez semblable s’est produit. Cette fois, je me suis vue aller répondre à la porte et j’ai aperçu trois hommes à l’air menaçant, habillés de noir et portant de larges chapeaux noirs de type sombreros mexicains. (Je trouvais ce détail assez loufoque disons !) Cette fois, j’ai eu bizarrement bien plus peur d’eux que du Grand Gris ! Incapable de les affronter, j’ai couru me cacher et demandé à mon conjoint de leur parler, ce qu’il a accepté, mais je n’ai pas vu la suite, car ma terreur m’a réveillée.

J’avais déjà lu quelques trucs sur les fameux Men in Black, mais jamais de détails concernant leurs chapeaux si ce n’est qu’ils étaient noirs. Mais quelle ne fut pas ma stupéfaction, quelques mois plus tard, de lire un article où une dame disait avoir rencontré des hommes en noirs qui portaient des genres de sombreros !!! Depuis ces étranges vols de nuit, je dois dire que je regarde vers ma porte tous les soirs avec une certaine suspicion ! 

D’ailleurs, le thème de la porte revient constamment dans mes rêves et plusieurs vols de nuit et j’ignore pourquoi. Tout ce que je sais, c’est que j’ai vécu un événement plutôt étrange alors que je n’étais qu’un bébé de 15 mois environ. Je faisais mes premières courses de bébé dans un corridor, alors que j’ai tout à coup ressenti une présence menaçante. En portant mon regard vers l’entrée, j’ai aperçu un visage totalement hideux qui m’observait par la fenêtre de la porte de l’immeuble !

J’ai hurlé à mort, j’étais vraiment terrifiée ! Maman est accourue pour me consoler, sans comprendre de qui j’avais eu peur (la chose avait pris la fuite) et elle et moi on s’en souvient encore ! Je ne saurai jamais qui j’ai vu ce jour-là, mais maman m’a toujours dit qu’il devait s’agir d’un voisin déguisé voulant faire une blague. Ce n’est pas mon ressenti. Mais je sors un peu du sujet et je ne sais pas si ça explique mon thème récurrent de portes !

J’ai aussi une autre curieuse anecdote, encore un peu hors-sujet, mais tout de même en lien avec cette période du vol de nuit avec le Grand Gris. Ça vaut ce que ça vaut, mais ce que j’ai ressenti est quand même important pour moi, alors voici… Comme j’avais fait plusieurs vols de nuit récurrents concernant des contacts avec des Êtres d’ailleurs, tel que mentionné au début, je commençais à me poser des questions à savoir s’ils entretenaient réellement une forme de communication avec moi ou bien si j’imaginais leur présence dans mon monde parallèle.

Donc, un jour que je prenais une marche méditative, seule sur ma petite rue paisible de campagne, j’ai tenté l’expérience de les contacter moi-même cette fois, à l’état d’éveil. J’ai scruté attentivement le ciel et télépathiquement, je leur ai demandé de me faire un signe clair, pour me confirmer qu’ils sont bien présents, quelque part autour de moi. Sinon, je comprendrais que ça ne fonctionne pas comme ça ou que j’aurais peut-être juste imaginé des choses. Encore une fois, j’avais en tête la conception clichée d’une réponse, car je m’attendais à apercevoir une lueur dans le ciel, un éclair ou quelque chose du genre. Franchement, je m’attendais surtout à ne recevoir aucune réponse à ma question. 

Ça n’a pas pris deux minutes, soit quelques pas plus tard, pour apercevoir quelque chose d’assez étonnant et qui m’a fait sursauter ! Ça ne se passait pas dans le ciel, mais bien au sol ! Nous étions en hiver et la chaussée était enneigée. Mon regard avait soudainement été attiré dans le fossé où indéniablement je distinguais une forme humanoïde sombre. Je me suis arrêtée net pour observer ce qui se trouvait devant moi, dessiné par la neige : une tête d’Alien noire, soit le dessin typique et populaire, avec les yeux blancs en amandes, celle que l’on voit un peu partout pour représenter un Extraterrestre ! J’ai éclaté de rire ! En dedans de moi, ça disait : Et puis? Ça te va ? Je comprenais que c’était ma réponse… avec une grosse pointe d’humour ! 

Cette image était forte, très claire, sans défauts et bien dessinée, formée de la neige tombée, autour d’un tuyau de ponceau, d’où s’écoulait une rigole d’eau. Sous la tête, on pouvait même distinguer un corps ondulant dans la rigole. Je suis restée plantée là, le cœur battant, en réflexion durant plusieurs minutes, n’en croyant pas mes yeux ! C’était un moment très spécial, qui résonnait fort ! Puis, je suis repartie en me disant que mes voisins devaient se demander ce que je faisais là, à rire seule devant le fossé ! 

Malheureusement, sur le coup, je n’avais pas d’appareil-photo avec moi et je n’ai pu capter l’image exacte et parfaite que j’ai vue à ce moment. De plus, il commençait à faire noir. J’ai toutefois décidé d’y retourner le lendemain midi, où j’ai quand même pu prendre quelques photos. La neige avait un peu fondu dans la matinée et donc ça avait un peu défait la perfection de mon bonhomme Alien, mais il me resterait quand même un souvenir assez bon à conserver et à partager.

Plus tard, j’ai beaucoup hésité, mais j’ai finalement montré mes photos à toute ma famille et quelques amis, en pensant qu’ils allaient tous gentiment se moquer de moi ou me dire que ce n’était qu’un phénomène de paréidolie. À ma grande surprise, ils ont tous eu la même réaction ! Bouches bées d’abord, puis des interrogations dans leurs yeux et un air mi-surpris, mi-apeuré ! Ils ont tous dit que c’était spécial, bizarre, apeurant, surprenant, hallucinant et personne n’a ri ! 

Je termine avec un vol de nuit qui date aussi d’environ 2-3 ans et que je trouve émotionnellement très beau. Alors que mon corps planait dehors, dans la ville au-dessus d’une rue, au loin j’ai aperçu un accident d’autos qui semblait avoir été assez violent. En m’approchant, je constate qu’il implique deux véhicules récents, un gris et un blanc. À côté du véhicule blanc, étendu par terre, je vois un jeune homme aux cheveux foncés bouclés (il ressemble à Jon Snow, personnage de la série Games of Thrones) grièvement blessé et au-dessus de lui, des paramédics qui s’affairent à lui sauver la vie. 

Je flotte maintenant au-dessus de lui juste un peu sur sa gauche et je le vois soudain qui commence à sortir de son corps physique, par la tête. À demi sorti, il me remarque et semble surpris. Je jette un coup d’œil à ceux qui lui prodiguent sans relâche des soins de réanimation et là, je sais ! Une certitude qui me vient de je-ne-sais où ! Je sais qu’il ne doit pas mourir ! 

Je lui explique par télépathie qu’il doit absolument retourner dans son corps, qu’ils vont le sauver, que sa vie n’est pas terminée, qu’il va très bien s’en sortir après. Il décide de m’écouter, me fait un petit signe de tête et retourne subitement dans son corps. Moi, soulagée, je lui fais un signe de pouce en l’air, puis je m’éloigne en flottant, avec un sentiment de joie puissante de lui avoir sauvé la vie… ouf ! 

Dans les semaines qui ont suivi ce vol de nuit, j’ai cherché, en vain, à retrouver un événement semblable pouvant s’être produit dans les environs. Comme je n’ai rien trouvé comme explications, je continue de me poser des questions… Ai-je vu cet événement dans le passé, le futur, un autre pays, une autre dimension, mon imagination ??? Ça m’a surtout amenée à réfléchir au fait que certaines personnes ayant vécu une mort imminente disent avoir vu des personnes décédées au moment de sortir de leur corps physique. Mais, si ces personnes n’étaient pas nécessairement décédées ??? 

Et voilà, toujours plus de questions que de réponses, mais n’est-ce pas que cet univers des vols de nuit est tout de même fascinant à explorer ?

Cathy O’Connor

___________________________________________________________________________________________________________________

Révélations spectaculaires sur les Faits Maudits 

Jean Casault note très tôt sur le terrain que des témoins rapportent parfois des évènements qui « ne font aucun sens » et que les autres ufologues négligent, ne voulant pas se ridiculiser. Un vaisseau de près de 300 pieds au-dessus d’une autoroute alors que personne ne s’arrête par exemple. Le témoin en a fumé du bon !!! Ou alors… Et c’est dans cet esprit que Jean casault a découvert, comme certaines autres d’ailleurs dont Jenny Randles et Budd Hopkins, que ces mystérieux ovnis peuvent parfois n’être visibles que dans certaines circonstances et que pour certaines personnes. Accrochez-vous, on vous emmène plus loin que tout autre !!!

Les Éditions Québec-Livres 2015. Disponible en librairies, en bibliothèques ou peut être commandé chez l’éditeur ou Amazon.



Catégories :Métaphysique et paranormal

Mots-clés :, , , , , , , , , ,

6 réponses

  1. Merci Cathy O’Connor pour ce beau texte sur les vols de nuit. Ton témoignage est fascinant.

    Aimé par 2 personnes

  2. Merci beaucoup pour se témoignage très apprécié de partager cela avec nous j’ai adoré

    Aimé par 1 personne

  3. Wow super les rêves de cette dame, ce qui ma frapper c’est que souvent dans mes rêves je descends des escaliers comme ceux qu’i y a dans les hôpitaux en terrazzo non pas en marchand normalement mais mes chevilles font juste un mouvement comme si elles alternaient en un mouvement rapide sans effort et il m’est arrivé en réalité dans un de ces escaliers de penser que je pouvais le faire mais je suis sur que je me planterais.

    Aimé par 1 personne

  4. Votre article est passionnant merci !

    Aimé par 1 personne

  5. Merci beaucoup Cathy de partager tes vols de nuit, je me sens moins seule! ^ ^

    J’aime

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :