Le fabuleux récit d’Hénoch (article 17)

Crédit pour le montage graphique : Éric Dorion

Ce très ancien texte est détesté et rejeté par l’Église parce qu’il est question lui aussi des Grigori, mais sous un autre nom ; ce sont des anges ayant des relations sexuelles avec des humaines ce qui est un très gros irritant pour l’Église. Les anges, aux yeux de l’Église, qui a défini qu’ils existaient au même Concile de Latran, le 4e, en 1215, estime qu’étant de purs Esprits, d’où les ailes et leur petit air angélique, ne pouvaient ainsi copuler librement avec des humaines n’étant pas plus mâles que femelles. Pour cette raison, le livre d’Hénoch est devenu apocryphe, soit tenu au secret et dès lors interdit selon Messadié.[1]

Deux aspects du livre d’Hénoch retiennent l’attention : la colère Divine qui dépasse l’entendement et surtout le caractère très humain, et vraiment peu divin, de tous les personnages dont il est question. Quelqu’un qui lit le Livre d’Hénoch, sans être prévenu, va vraiment se demander quelle rage soudaine et incompréhensible se manifeste de la part de Dieu. Avec un Dieu pareil, autant se jeter dans les flammes de l’enfer sur-le-champ pour échapper à ses colères irritantes de son foutu caractère de verrat !

Puis en y regardant de près, Dieu va découvrir que ces fameux Anges déchus, ou rebelles, se comportent exactement comme des humains très ordinaires, supérieurs en armement et en technologie, mais tout à fait comme tous les autres humains. Ils aiment les belles femmes, se proposent, les épousent, font des enfants et la vie continue. Ces deux constats pourraient générer alors chez ce lecteur l’impression très vive que finalement, ce texte n’a rien à voir avec Dieu et des Anges, mais avec des êtres tout simplement plus avancés que leurs pauvres victimes humaines, il y a des milliers d’années. On en ferait presque un bouquin sur les êtres humains et leur rapport avec des extraterrestres.[2]

À en croire Hénoch, Dieu a vraiment un sale caractère !

Je me souviens d’avoir marmonné tout haut en lisant les propos de Dieu, écoute-toi là, si tu n’aimes pas les gens que tu as créé tu n’avais qu’à jouer aux échecs et nous foutre la paix !!! D’abord, on y apprend, qu’éventuellement Dieu quittera sa demeure céleste pour apparaître au sommet du Mont Sinaï dans toute sa puissance, le tout dans un scénario de fin du monde très déprimant. Hénoch traite ainsi de ce qui sera éventuellement le grand désastre qui mettra un terme à une humanité[3] pour laisser place à la nôtre. Ce n’est certes pas un scénario ponctué de l’amour et de la compassion qu’on peut attendre de Dieu Tout Puissant, Créateur du Ciel et de la Terre, convenons-en. Il est enragé, il fulmine et veut massacrer tout ce qui bouge ! C’est tout juste s’il ne blasphème pas contre lui-même !

Tous seront saisis de crainte et d’effroi, même aux extrémités de la Terre. Les hautes montagnes seront ébranlées, les collines élevées seront déprimées et s’écouleront comme de la cire, la Terre sera submergée et tout ce qui l’habite périra, tous les êtres seront jugés, tous, même les justes.[4]

C’est le scénario d’une vengeance empêtrée dans une rage haineuse, c’est le Déluge universel annoncé. Cette fin du monde est un désaveu de l’homme par Dieu, comme un enfant gâté mécontent de ses jouets qui veut les briser et les balancer aux ordures et le tout serait lié à cette trahison provenant de troupes célestes rebelles à souhait qui auraient pris la décision de descendre sur Terre et de s’acoquiner avec les femmes des Terriens. Je vous demande. Où est le mal là-dedans et deuxio, en quoi cela nous concerne-t-il ? Si Dieu a perdu le contrôle de ses anges comme d’autres de son réseau de la Santé, en quoi cela fait-il de nous des criminels ? La Genèse en traite très superficiellement, mais avec Hénoch par contre c’est un roman noir. Le comportement de ces anges déchus qui, sur Terre, s’accouplent avec des femmes, quelle horreur ! Puis ? Et en admettant que ce soit si terrible, pourquoi c’est nous l’humanité tout entière qui devrait en payer les frais ?

Voilà ce que l’Église, au Concile de Laodicée et plus tard au Concile de Latran, n’a pas apprécié du Livre d’Hénoch, justifiant sa mise à l’index radicale et sans appel : les Anges n’ayant pas de sexe, alors comment peuvent-ils forniquer avec des femmes ? Sans leur donner raison sur tout, ces cardinaux marquent un point. Un Ange est un esprit pur, or les Anges d’Hénoch sont des créatures physiques capables d’avoir une érection en voyant de très belles filles et de leur faire des enfants en les prenant, non pas en les violant, puisqu’il leur est plutôt venu à l’idée de se choisir une femme, donc une épouse, et c’est d’ailleurs ce qu’ils firent. Ils atterrirent, descendirent de leurs nuages[5] s’approchèrent des villages, séduisirent les femmes et vécurent heureux sur Terre. Le Livre d’Hénoch est précis. « Ils étaient deux cents et se retrouvèrent tous au même endroit à Aradis près du mont Armon. Ils ne tardèrent pas à retrouver les jeunes femmes, et le temps d’une œillade, ils vécurent ensemble, s’amusèrent et batifolèrent. » Mais en même temps, les Anges qu’ils étaient se mirent à leur enseigner certaines activités pas très recommandées, comme la sorcellerie,[6] les enchantements, la propriété de certaines herbes, quelques champignons destinés peut-être aux omelettes, mais aussi à d’autres fins plus ludiques, bref d’après Hénoch, ces Anges étaient de vrais démons

Hénoch est très lourd dans ses propos et franchement insupportable. Il prend le temps d’indiquer dans le chapitre 8 ce que chacun d’eux enseigne aux hommes et aux femmes. Le cas d’Azazel, le pseudo Diable, pourtant pas si méchant est éloquent :

VIII : 1 Azazel enseigna encore aux hommes à faire des épées, des couteaux, des boucliers, des cuirasses et des miroirs. Il leur apprit la fabrication des bracelets et des ornements, l’usage de la peinture, l’art de se peindre les sourcils, d’employer les pierres précieuses et toutes les espèces de teintures de sorte que le monde fut corrompu.

Comment peut-on être corrompu par des teintures et des sourcils peints ? Hénoch est scandalisé d’apprendre que les humains sont instruits de choses comme l’astronomie, ce qui me fait réfléchir sur le vrai sens de l’Arbre de la Connaissance de notre Bible. Il livre une version du Mal qui n’est pas là où on pense. En quoi Dieu pourrait se dire offensé par l’homme qui étudie le mouvement des planètes et des étoiles, se peigne les sourcils, fabrique des bracelets. Pour quelle raison Azazel commettrait un crime en armant les hommes pour se défendre, en enseignant aux femmes à se maquiller pour être plus belles encore. L’Oréal serait-elle une entreprise du Diable ?

Dieu n’a pas créé une Idée, mais un être humain fait d’os et de chair avec les besoins inhérents à cette condition, condition prétendument voulue par Dieu puisque « fait à notre image ». Hénoch, tout comme le Yahvé du Paradis Terrestre, est plus Diable que Dieu ! Est-ce pour cette raison que l’Église a tenu secret ce livre des siècles durant ? Pour y découvrir que Dieu est un narcissique, délirant, psychopathe et tueur de masses en série ?

Le crime de l’hybridation

Au chapitre 105, le petit-fils d’Hénoch, Lamech a de sa femme Bathenosh, son premier enfant, très différent, très pâle et aux cheveux de neige.

Celle-ci, devenue enceinte, mit au monde un enfant dont la chair était blanche comme la neige, et rouge comme une rose ; dont les cheveux étaient blancs et longs comme de la laine, et les yeux de toute beauté. À peine les eut-il ouverts, qu’il inonda de lumière toute la maison. (…) Et à peine fut-il reçu des mains de la sage-femme, qu’il ouvrit la bouche en racontant les merveilles du Seigneur. Alors Lamech, dit (…) Ce n’est point un homme, c’est un ange du ciel ; à coup sûr, il n’est point de notre espèce. (…) Hénoch lui dit : (…). J’ai déjà vu cela… au temps de Yared, mon père, il en est qui ont transgressé la loi (…) se sont unis à des femmes, et Ils ont eu des enfants. C’est pourquoi il y aura une grande ruine sur la Terre.

Une grande ruine sur la Terre ? Que ces Anges aient épousé des femmes est une chose, mais que des enfants en résultent est une infamie aux yeux de Dieu. Ça l’est au point de préparer sa vengeance (?) en annihilant non pas cette progéniture et leurs parents, voire leurs descendants, ce qui serait déjà affreux mais ciblé, mais l’entièreté de la race humaine dans un déluge meurtrier ? Mais c’est quoi son problème le Divin ? Cela ne fait aucun sens. Il est fou à lier ! Il aurait fait un super-vilain absolument fabuleux dans les histoires de DC Comics ou Marvel.

Au lieu de s’en prendre à la progéniture qu’il juge maudite, mais qui au départ n’est pas responsable de sa condition, pas plus qu’un enfant, né d’une mère droguée à l’os, n’est évidemment pas coupable de consommation de stupéfiants, il va remplacer tout le reste de l’humanité qui n’a rien fait de mal en la noyant. Mais Dieu annonce que certains seront sauvés par Noah qui, devinez-le, est nul autre que l’enfant mystérieux de Lamech. Le fruit du démon ? Alors, il n’y a plus rien à comprendre.

C’est donc un enfant hybride homme-dieu, ou carrément extraterrestre disons-le mot, le fruit du péché des Anges, qui causera le déluge, mais qui en même temps préservera l’humanité en la remplaçant une fois l’eau retirée.

Vous êtes un peu confus, mêlé ? Oui, moi aussi j’ai eu cette réaction et je me suis dit Hénoch était saoul comme un cochon quand il a écrit cela. Mais je suis allé plus loin que ma jugeote expresse. Cette confusion vient de la source des infos quand on sait que le récit sumérien d’Utnapishtim, sur lequel sera copié textuellement celui de Noé, indique que c’est le Dieu Enlil qui causa le Déluge, mais que son frère, le Dieu Enki, nous en épargna l’oblitération complète. On dit qu’Enlil détestait les humains, or le Dieu d’Hénoch n’est guère représentatif d’un Dieu d’amour puisqu’il fait une crise MA-JEU-RE pour mettre fin à cette humanité. Dites-moi que j’erre, mais le Déluge noyant l’humanité est incompatible avec la Perfection Absolue d’un Créateur qui aurait commis une si grave erreur de conception, qu’elle ne peut être réparée que dans une violence extrême ? Qu’un ébéniste rate complètement un meuble et le brûle de rage est une chose, c’est un humain aux prises avec un sale caractère et très irritable, mais comment ce même comportement peut-il être celui du Dieu Tout Puissant ? Voici ce qu’il dit : 

16. (…) La terre sera donc châtiée, et toute corruption sera lavée. C’est pourquoi, apprends à ton fils Lamech, que le fils qui lui est né est véritablement son fils ; qu’il l’appelle du nom de Noah, parce qu’il vous sera survivant. Lui et ses fils ne participeront point à la corruption, et se garderont des péchés qui couvriront la face de la terre.

Qui de Dieu et du Diable est Dieu ou Diable ?

Nous y voilà. Soit ce récit traite de forces étrangères ou extraterrestres, ce qui soit dit en passant n’est pas exclus ou alors, si nous tenons absolument à conserver le caractère sacré et religieux de la chose, qui donc est Dieu et qui donc est le Diable ici ? Qui donc veut toujours anéantir ou punir par la mort ? J’ai toujours affirmé que le Yahvé et/ou le Jéhovah de la Bible, dont il est question dans la Bible, n’est qu’un psychopathe dégénéré qui exige d’être adoré. Son côté hyper narcissique qui exige d’être le seul à être vénéré sous peine de mort et se Dieu qui anéantit l’humanité qu’il a lui-même créé et qui en repart une toute nouvelle qu’il va conspuer malgré qu’il en a fait son peuple Élu et qui va tuer et massacrer tous les autres peuples qui ne l’adorent pas, bref, ce Dieu-là est un tueur en série et aucune défense menée de l’avant par biblistes, exégètes et religieux ne tiendra la route. Aucune et je l’ai déjà démontré.[7]

Dans toutes les mythologies, il existe une Entité qui cherche à tuer et détruire l’humanité et c’est le rôle dévolu au Méchant. Et assez clairement, par ses traits et ses agissements, on voit bien qui est le Bon et le Méchant. Mais dans la Bible, c’est Yahvé le Méchant : Dieu ! Il passe son temps à dégueuler, châtier, punir, détruire et tuer. Il n’y a aucun Lucifer, aucun Satan qui pulvérise des villes et tue des hommes par dizaines de milliers comme lui sait si bien le faire. Dieu fait même cela très bien ! C’est le seul récit mythologique qui fait du Bon Dieu, le Méchant. Et voilà qu’Hénoch repasse les plats. Le comportement du Tout Puissant qu’il décrit est celui d’un Esprit haineux, assoiffé de vengeance et qui ne pardonne rien. Tous ses comportements font penser très sérieusement que le Diable est nul autre que celui qui a fomenté ces histoires de religions et qui est fort bien décrit comme tel dans la Bible, par sa biographie sinistre, sanguinaire, haineuse et violente, n’en laissant que des cendres parce que des homosexuels y vivent ?[8] Non, mais quoi, qu’est-ce qui est pire, offrir un foutu fruit à une belle femme nue dans un magnifique jardin ou pulvériser deux villes, sans parler et revenir sur un déluge tuant tout ce qui bouge ?

J’en ai présenté de très larges extraits dans mes ouvrages précédents déjà cités, lisez-les vous-même ces extraits, prenez une bible et lisez ces récits, et vous verrez bien que le Dieu d’Amour de la Bible est nul autre que l’image qu’on pourrait se faire d’un tyran sanguinaire à l’orgueil démesuré ou carrément et simplement le portrait du Diable. Yahvé et Genghis Khan, Tamerlan ou Hitler ont tous ceci en commun : tuer, détruire, détruire et tuer. Celui d’Hénoch le démontre encore plus clairement. Que celui qui sait lire, LISE ! Après on pourra discuter de ce qu’est le vrai Mal et surtout d’où il vient !

Hénoch poursuit son récit et raconte que le Tout-Puissant donne maintenant des ordres à Gabriel, l’archange de la zizanie l’enjoignant à semer la discorde chez les enfants nés des femmes et des Anges pour qu’ils s’entretuent. Infiniment bon, le Dieu des hommes non ? Et Gabriel devient ici un faux jeton de première classe, alors qu’on a toujours cru qu’il était le gentil archange, tout gentil tout plein, venu annoncer à Marie qu’elle allait enfanter Dieu, le même qui irait dicter à Mahomet toutes les sourates de son futur Coran dans lequel Jésus n’est qu’un petit prophète de week-end. Je dis ça en passant, mais vérifiez, vous verrez bien.

Puis Yahvé-Dieu donne d’autres ordres d’extermination et de punitions, mais finalement, retournement brusque de situation, Dieu jure que les humains n’auront pas à payer le prix des erreurs des Anges déchus et qu’ils ne verront pas le Déluge exterminateur qu’il se promettait bien de leur envoyer en pleine gueule. Je suis bouche bée. Dieu revient donc sur sa décision ? Serait-il récupérable ? Dans le chapitre 11, il promet même de les bénir et de féconder leurs œuvres alors pendant un instant, j’ai cru m’être trompé sur Dieu, je me suis dit, il a fini par se calmer le Vieux, mais c’était me leurrer ! Ce Dieu tout comme le Diable, un trait qu’on prête à Lucifer, est l’Insidieux, un fieffé menteur : Le Déluge surviendra bel et bien malgré sa promesse. Alors voilà un Dieu sanguinaire, rancunier, qui ment, trompe et se venge constamment de ses propres créations en somme. C’est l’idée que vous aviez de Dieu ça ? Vraiment ? Alors on va faire quoi maintenant si on veut parler de l’origine du Mal ?

Prochain article (18). Et si le terrible Azazel n’était qu’un bon diable ?


[1] Gérard Messadié. Les Sources de L’homme qui devint Dieu. Robert Laffont.

[2] Sans parler des miens, les livres traitant cette question sous cet angle sont légion de Zacharia Sitchin à Brinsley Le Poer Trench, à Robert Charroux etc., sans parler de la série d’Historia sur Nos ancêtres les extraterrestres.

[3] Dite antédiluvienne.

[4] Le Livre d’Hénoch. Robert Laffont. 1975.

[5] Dans mes ouvrages portant sur l’immixtion extraterrestre, je fais valoir qu’en remplaçant nuées et nuages des textes anciens par vaisseaux, les évènements prennent un tout autre sens beaucoup plus plausible et logique.

[6] Ne jamais oublier qu’une femme maîtrisant l’art des herbes, des mélanges et des autres produits de la nature était aussitôt perçue comme une sorcière par l’Église. Il suffit d’étudier le mouvement Wicca pour se rendre compte de cette grossière manipulation par la religion.

[7] Les religions c’est assez ! Québec-livres.

[8] Sodome et Gomorrhe dans la Torah, la Bible et le Coran.



Catégories :Le Mal

Mots-clés :, , , , , , ,

3 réponses

  1. Donc ceux et celles aujourd’hui qui font des produits naturels seraient tués parce qu’ils ne vont pas dans le sens des vendeux de pinunes?

    Aimé par 1 personne

  2. Dans la logique du temps oui absolument des propriétaires de pharmacies, avec la bénédiction de la paroisse !!!

    J’aime

  3. J’adore cette lucidité biblique!
    Pas surprenant qu’on nous indisait de la lire.

    J’aime

Répondre à jeancasault Annuler la réponse

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :