Les ovnis ont déjà été étudiés de très près au Canada

En 2021, plus personne ne parle ouvertement d’ovnis au Canada ; au niveau des autorités il va sans dire. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Si vous n’êtes pas au fait de ces données, il vous manque un élément dans votre argumentaire, car il permet de dire à vos amis et membres de la famille qui trouvent que vous êtes un peu exalté, que personne ne finance des opérations d’envergure pour quelque chose qui n’existe pas, ergo, s’ils le font c’est que ça existe !

Wilbert Smith (Mysteries of Canada.co)

Tout a commencé le mardi 21 novembre 1950, quand un ingénieur radio Wilbert Smith a fait parvenir un mémo au Ministère des Transports du Canada plus précisément au commandant C.P. Edwards attaché au Ministre.

Un mémo ! Vous pouvez envoyer mille deux cent trente mémos à un attaché ministériel vous, mais les chances qu’il remue un sourcil sont proches de zéro. Ici, le mémo s’est transformé trois mois plus tard en un projet désigné sous le nom de Projet Magnet avec Smith à sa tête. Et classé secret. Y’a des mémos qui portent !

Ce n’est pas un projet couteux faut-il l’admettre. Ils sont 5 en tout, mais ils obtiennent l’assurance d’avoir l’assistance nécessaire du Conseil de Recherche pour la Défense du Canada. Tiens donc, la Défense ? Pourquoi la Défense s’intéressait-elle à un mémo expédié par un ingénieur civil du ministère des Transports. En plus, va s’impliquer le Conseil national de la recherche ; des gens qui n’ont pas le temps de rigoler. Et c’est le docteur Omond M. Soladant de la Défense qui est leur personne-ressource. Humm ! De quoi est-il question alors ?

Arthur Bray

En 1969, j’ai rencontré à Ottawa le chercheur ufologue Arthur Bray, un homme très sympathique et qui, malgré mon jeune âge, répondit à toutes ces questions puisqu’il avait connu tous ces gens de près. J’ai pu également obtenir son livre Science, the Public and the UFO. J’ai alors appris que Bray en savait très long sur le projet Magnet lequel a permis plusieurs dizaines d’observations d’ovnis très importantes dont deux majeures en 1952.

Jusqu’à présent, la période la plus active d’ovnis en Amérique et en Europe sera toujours celle se situant entre 1950 et 1957 avec 1952 et 1953 comme pics très élevés. En France, Aimé Michel et Jimmy Guieu n’arrivent pas à fournir, tant les dossiers s’accumulent, et ce ne sont pas des « tites lumières qui vont vite » on parle de dossiers DD, c’est-à-dire daylight discs. Pour comprendre cela, vous devez être au courant aussi du Caroussel de Washington survenu en juillet 52, mais ce sera pour un autre article.

Dans son rapport Wilbert Smith écrit :

« Si, comme il semble évident, les soucoupes volantes sont les émissaires d’une autre civilisation, et opèrent sur des principes magnétiques, nous avons certainement raté quelque chose dans notre compréhension de l’électromagnétisme. Le Projet Magnet doit se poursuivre et inclure des experts de chacun des divers domaines impliqués dans ces études. »

Dans un autre rapport, il ajoute :

« Il apparaît alors que nous sommes placés face à cette probabilité substantielle que de réels véhicules extraterrestres circulent et qu’ils doivent utiliser pour ce faire une technologie d’une avance considérable par rapport à la nôtre. Il serait donc souhaitable d’acquérir cette technologie. »

Smith fait savoir qu’il s’agit là de sa position personnelle et qu’il ne parle pas au nom du Gouvernement. On s’en doutait ! D’ailleurs, les autorités canadiennes, à la solde des opinions des autorités américaines dont elles dépendent en matière de défense, vont suivre la politique du pentagone et nier l’existence des ovnis.

Bref, après deux ans le Projet Magnet fut fermé, mais refit surface presque aussitôt dans le plus grand secret en avril 1952 sous un autre nom. Quand le gouvernement est dans la merde avec une opération, il la ferme et l’ouvre de nouveau sous un autre nom, ce qui perpétue le syndrome de la médiocratie politique.

Il va s’appeler Second Story. Smith en fera partie avec le docteur Peter Millman, que je vais rencontrer brièvement à son bureau de Québec,[1] le lieutenant de la RCAF, V. L. Bradley associé au ministère de la Défense, le Capitaine D.M. Edwards de la Direction de l’Intelligence pour l’Armée de l’Air, ainsi qu’un certain Oatway et le commandant J.C. Pratt de l’Intelligence de la Marine.

Voilà donc un phénomène qui n’existe pas, mais qui attire l’attention de gens impliqués dans la Défense et les services de Renseignements ![2]

Dr Peter Millman

Meanwhile back at the ranch

Durant toutes mes années d’ufologie sur le terrain (1966-2019) on n’entendra presque plus parler du Canada comme un pays impliqué dans la recherche. Dès 1969, les Américains vont faire semblant de tout abandonner en raison de l’infâme rapport Condon, qui porte très bien son nom d’ailleurs pour assurer la stérilisation des rapports ufologiques. Il ne restera que le Royaume-Uni et la France et quelques pays d’Amérique Latine, ce qui suscite plus ou moins de l’intérêt.

Mais voilà qu’en 1971, quelque chose finit par se produire, mais de manière très discrète, sans annonce, sans publicité. Les ovnis deviennent la préoccupation de l’UTIAS, L’Institut d’études aérospatiales de Toronto, sous la direction du Dr Gordon Patterson, un ingénieur très réputé pour ses travaux dans le domaine de l’aéronautique.

Les documents complets de ces deux projets, Magnet et Second Story, ont été classés tout juste sous la barre restrictive du secret militaire et ne sont pas accessibles à la presse et au public. C’est finalement en 2009 que Rod Tennyson, professeur émérite de l’Institut d’études aérospatiales de l’Université de Toronto, se montre étonné par la qualité des chercheurs impliqués dans le projet Second Story, mais aussi très surpris de constater que les enquêtes effectuées ne sont toujours pas accessibles au public. Nous nous sommes longuement parlé au téléphone.

J’ai donc pu apprendre que le professeur Rod Tennyson était aux côtés du docteur Gordon Patterson, du docteur Stan Townsend et de son collègue le docteur Ray Measures. Patterson et son groupe ont collaboré avec le professeur Allan Hynek et le docteur James McDonald, deux grands noms de la recherche ufologique américaine. Si ces noms ne vous disent rien, sachez qu’ils sont les rock stars des premières grandes décennies de l’ufologie.

Tennyson, Townsend et Measures ont également pu se rendre au Centre National de Recherches du Canada (CNRC) et prendre connaissance de tous les dossiers d’ovnis disponibles sur place. Tennyson m’a confié qu’ils devaient être accompagnés en tout temps d’une escorte et durent signer un document de haute confidentialité sur la nature de ce qu’ils allaient lire. Ils ne furent même pas autorisés à en discuter avec le docteur Gordon Patterson, leur propre patron.

Tennyson me raconte que même à ce jour, il n’est pas autorisé à en divulguer davantage sans courir le risque d’être poursuivi en justice. « Pourtant je peux vous dire qu’il y avait là énormément de matériel, incluant des photographies classées inexpliquées ».[3] Difficile de comprendre pourquoi des gens aussi qualifiés, entourés de secrets, s’intéressent avec autant de ferveur à un phénomène qui… n’existe pas ! Les enquêtes de l’UTIAS se sont achevées en même temps que celles du projet Bluebook. De nombreux dossiers demeurent encore inexpliqués.

Le 30 septembre 2009, lorsque j’ai demandé au docteur Tennyson les motifs de l’arrêt des recherches et où se trouvaient les filières d’enquêtes, voici quelle fut sa réponse :

« Jean, nous n’étions pas financés par le gouvernement à l’époque et les seules restrictions que nous avions concernant la divulgation de nos recherches touchaient les documents gouvernementaux à Ottawa. Je crois que cette clause de non-divulgation est toujours en force. Nos recherches à nous relevaient du domaine public. Malheureusement, la grande majorité de mes filières ont disparu et je n’ai aucune idée où elles sont rendues. Je crois que le problème majeur avec l’étude des dossiers ufologiques est le problème généré par la responsabilité (issue of liability) quand une agence gouvernementale veut dénigrer un cas spécifique. Cela peut être perçu comme une atteinte à la réputation d’un individu, alors il est préférable de ne rien dire. Si un dossier est positif, alors aucun libelle diffamatoire ne peut entraîner de problèmes. La primauté de la confidentialité des sources et du respect de la vie privée sont pris très au sérieux de nos jours. »

Bref, quarante ans plus tard certains documents détenus par le CNRC seraient toujours tenus secrets, incluant les dossiers qui n’attaquent aucunement la crédibilité d’un témoin. Par la suite, c’est justement le Conseil National de la Recherche à Ottawa, via son département Upper Atmosphere Research, autrefois sous la direction de Peter Millman, qui allait continuer de recueillir les observations, mais sans plus et ferma le tout au milieu des années 1990.

Ferma le tout ? Sans tomber dans le piège facile du conspirationnisme classique, peut-on se demander si tout a été fermé ou plutôt hermétiquement isolé ?[4] Bien qu’il n’existe plus de nos jours, il peut aujourd’hui être démontré que le gouvernement canadien a trompé la population lorsqu’il affirmait que ces projets n’existaient pas. Pourquoi cacher l’existence de projets sur un phénomène qui n’existe pas ? Pourquoi cacher l’existence d’une station de repérage d’ovnis si ces derniers ne sont que des fadaises ? Parce qu’on ne veut pas faire savoir aux Canadiens que leur gouvernement s’associe à des fadaises ? Mais alors si ce sont des fadaises, comment une station de repérage peut-elle repérer des fadaises ?

Le dossier MICHALAK ou la patate trop chaude !

Le 20 mai 1967, Stephen Michalak, un prospecteur-amateur, se trouve aux abords de Falcon Lake située près de la frontière du Manitoba et de l’Ontario. Il voit un objet métallique de forme ovale circuler dans les airs, s’immobiliser, pour ensuite se poser à quelque 50 mètres de lui. L’aspect métallique devient alors semblable à celui de l’acier inoxydable. L’objet a une dizaine de mètres de diamètre et une hauteur de 4 mètres.

Pièce commémorative. Un cadeau que m’a offert Bruno Lefebvre.

Michalak observe l’objet pendant plusieurs minutes, effectuant des dessins et tentant de fixer le plus de détails possible dans sa mémoire. C’est alors qu’une ouverture se pratique dans l’objet laissant s’échapper de la lumière. Il s’approche.

Montage de Alienufoblog.com

À ce moment, Stephen Michalak est convaincu que cet appareil est de fabrication américaine. Il admettra plus tard ne pas s’être interrogé sur le fait qu’aucun appareil terrestre ne soit encore capable de vaincre la gravité sans l’aide de moteurs puissants et extrêmement bruyants. L’avion à décollement vertical, Harriet, et l’hélicoptère conventionnel sont munis de turbines produisant des vrombissements qu’un témoin situé à proximité n’est pas près d’oublier. L’objet de Michalak n’émet qu’un faible ronronnement doublé d’un sifflement à peine audible.

S’approchant de l’objet, il entend des voix humaines s’exprimer dans une langue inconnue. Michalak, d’origine ukrainienne est un polyglotte amateur et a tenté de les interpeller en anglais, allemand, russe, italien, français et ukrainien, mais sans succès. C’est alors qu’un son étouffé et un dégagement de chaleur intense et très douloureux se font sentir. Michalak se projette sur le sol, blessé, au moment où l’engin décolle pour disparaître sans un bruit et à grande vitesse. Sans bruit ! Ce point est extrêmement important. La technologie militaire la plus avancée de nos jours, en 2021, est sans aucun doute le fameux avion furtif F-117, le B2-A et le navire Sea Shadow.[5] Ils sont à la toute dernière pointe de la technologie furtive par leur caractéristique très particulière d’être quasi invisible, non pas à l’œil nu, mais au radar. Toutefois, même en 2021, il n’existe aucun appareil militaire ou civil capable de performances aéronautiques extrêmes ou mêmes conventionnelles dans un silence total ou presque. Encore moins en 1967 !

Mais ce n’est pas tant la nature de l’observation de Michalak qui rend ce dossier utile à ce point-ci comme le développement qui s’ensuivit. Après avoir éprouvé certaines difficultés à se faire soigner, Michalak est finalement traité. Il retourne sur les lieux de l’atterrissage et découvre des pièces de métal ressemblant à celui de l’objet. Voyons maintenant la suite.

L’histoire de Michalak parait dans le Winnipeg Tribune et c’est à compter de ce moment que Michalak devient soudainement un personnage entouré de beaucoup d’attention. Il est traité par le Whiteshell Nuclear Research Establishment. Il a perdu 11 kilos et une importante quantité de lymphocytes manque dans son sang; un symptôme d’irradiation. Plusieurs autres symptômes sont découverts allant de l’urticaire à la perte de conscience, diarrhée, etc. En août 1968, Michalak passe deux semaines à la Clinique Mayo de Rochester au Minnesota. C’est là qu’on découvre que les marques rouges sur son corps sont des brûlures provenant d’une source de chaleur intense propulsée visiblement au travers d’une structure ayant une trentaine de petites ouvertures.

Les brûlures sur l’abdomen de Michalak (Ufologie Patrick Gross.org)

Un total de vingt-sept médecins ont examiné Michalak sans qu’aucun d’entre eux ne soit en mesure d’expliquer la cause combinée de tous ces symptômes. Des enquêtes furent alors effectuées par Santé Canada, connue à l’époque sous le vocable de Department of Health and Social Welfare, Le DND (Department of National Defence), le NCR (National Council of Research), l’Université du Colorado (Comité du docteur E.U. Condon), la GRC et l’Armée de l’air des Forces armées Canadiennes. Le dernier fut le US Naval Hospital de New York qui fit connaître sa conclusion à l’effet que Michalak avait été mis en contact avec une importante source de radiation et de rayons gamma, de l’ordre de 100 à 200 rœntgens ; une dose fatale en cas de longue exposition. Une telle source n’existe pas dans la nature. Or, des enquêteurs du gouvernement ont découvert sur place un dégagement de radiations très élevé sans que la source en soit localisée. L’accès au site fut par la suite interdit.

Quant aux objets de métal, il est encore difficile d’en établir l’origine, et plus encore de déterminer ce qu’ils faisaient là, sur les bords d’un lac perdu au Manitoba. Roy Craig de l’Université du Colorado écrit à ce sujet :

« Une forte concentration d’argent beaucoup plus élevé que dans tout ce qui est habituellement fabriqué… On y retrouva aussi du quartz et des cristaux de silicate d’uranium, du pechblende (métal radioactif) du feldspath (métal cristallin) et de l’hématite (métal ferrugineux). »[6]

La patate devient trop chaude

Une semaine après que Michalak soit entré en contact avec l’ovni, le député Ed Schreyer pose à la Chambre des Communes une question concernant l’enquête entreprise sur l’incident de Falcon Lake. Le Président de la Chambre coupe court et Schreyer n’obtient aucune réponse. Mais c’est le 6 novembre de cette même année qu’il fut démontré à quel point cet incident banal, ce fait divers, n’en était pas vraiment un aux yeux du Canada.

Plusieurs membres du Cabinet demandent au ministre de la Défense, Léo Cadieux, ce qu’il en est de cette histoire. Ils obtiennent la réponse suivante : « It is not the intention of the Department of National Defense to make public the report of the alledged sighting ».[7] Le mot alledged semble vouloir démontrer une attitude de doute à l’égard du dossier, mais le fait de ne pas rendre public un dossier sans importance peut aussi démontrer qu’il est de l’intérêt de l’État de le conserver confidentiel.

Le 11 novembre, notre précédent député Schreyer devient Gouverneur-Général et dépose formellement une demande écrite pour obtenir plus d’informations. En vain. Ce simple fait, vérifiable encore de nos jours, démontre que le détenteur d’un poste aussi élevé n’a habituellement de considération que pour des dossiers du même ordre. Le 14 octobre 1968, celui qui allait bientôt devenir ministre de la Défense, Donald MacDonald, refuse au député Barry Mather l’accès aux documents de l’affaire Michalak. Ce même MacDonald me ment en plein visage quand je lui demande en 1971, en entrevue à la base de Valcartier, s’il sait quelque chose sur les ovnis. Sur ça ou le Père Noël sa réponse, Never heard of UFOS, aurait été aussi laconique. Certains politiciens sont très à l’aise lorsque déstabilisés. Pas lui.

Finalement, en février 1969, le député Mather peut enfin voir les documents pour constater que plusieurs pages significatives ont été retirées. Mather aurait déclaré alors s’être fait dire :

« …qu’il n’est pas dans l’intérêt public de révéler ces choses en ce que cela pourrait créer un dangereux précédent qui ne contribuerait pas à la bonne marche des affaires dans ce pays. »

En 1982, le Canada adopte la Loi d’Accès à l’Information. Un chercheur privé obtient la filière Michalak. Le document indique 150 pages. Il en manque 25.

L’affaire Michalak est le seul dossier ovni qui se soit rendu à la Chambre des Communes et assez curieusement, il fut traité sur le même pied d’égalité qu’un document pouvant porter atteinte à la sécurité nationale. Curieuse attitude pour un phénomène banal, sans importance et qui au fond n’existe pas.

Mais alors pourquoi n’y at-il jamais eu de recherches, de commissions, de groupes de repérages sur le Père Noël, Spider Man ou le Bonhomme 7 heures ? PARCE QU’ON LE SAIT TOUS QUE ÇA N’EXISTE PAS !


[1] Pas très sympathique et très froid à l’idée de jaser UFO avec un ado !

[2] Canada Hunt for Saucers John C. Rost.

[3] Dont sans doute celle qui figure dans l’article NORAD sur ce même site.

[4] UTIAS Newsletter issue 2 2009. On peut consulter certaines archives à cette adresse http://www.collectionscanada.gc.ca/databases/ufo/index-e.html

[5] Les ovnis américains n’existent pas, sinon dans l’imagination de certains.

[6] Entre les mains de l’ufologue Chris Rutowski pendant plusieurs années, ils ont été remis à la famille de Michalak à la demande d’un pseudo-expert et depuis ce jour, on ne sait plus où elles sont.

[7] Il n’est pas dans l’intention du Ministère de la Défense de rendre public le rapport de cette présumée observation.

__________________________________________________________________________________________________________________

Révélations spectaculaires sur les Faits Maudits 

Jean Casault note très tôt sur le terrain que des témoins rapportent parfois des évènements qui « ne font aucun sens » et que les autres ufologues négligent, ne voulant pas se ridiculiser. Un vaisseau de près de 300 pieds au-dessus d’une autoroute alors que personne ne s’arrête par exemple. Le témoin en a fumé du bon !!! Ou alors… Et c’est dans cet esprit que Jean casault a découvert, comme certaines autres d’ailleurs dont Jenny Randles et Budd Hopkins, que ces mystérieux ovnis peuvent parfois n’être visibles que dans certaines circonstances et que pour certaines personnes. Accrochez-vous, on vous emmène plus loin que tout autre !!!

Les Éditions Québec-Livres 2015. Disponible en librairies, en bibliothèques ou peut être commandé chez l’éditeur ou Amazon.



Catégories :Ufologie

Mots-clés :, , , , , , , ,

5 réponses

  1. C’est fort, s’ils sont capable de cacher quelque chose comme la présence d’extra-terrestres au simple citoyen et qu’il ne doit pas savoir, qu’est ce qu’on peut imaginer des choses qu’ils savent sur le va$$in et que le peuple ne doit pas savoir.

    J’aime

    • Il y a plusieurs sorte de  » ils » au gouvernement. En ce qui me concerne les vaccins ne sont que ca : des vaccins. En général je ne mélange pas mes dossiers comme pour une salade.

      J’aime

  2. pourquoi ne rien transmettre au public? quel est ce secret gardé par les gouvernements? échange avec les E.T? ont a tout a apprendre d’eux! mais qu’ont t-ils a apprendrent de nous? le secret est la? que donnons nous au E.T qui pourrait faire peur au monde entier? un E.T ça mange quoi en hiver?

    Aimé par 1 personne

  3. Très intéressant mr casault, pourquoi cacher tout ça je ne crois pas que les gens sont prêt à ça, est-ce que il y à une alliance avec les extraterrestres et le gouvernement peut être ont nous cache beaucoup plus qu’ont pensent quand tu écoute, lis et regarde toutes les anciennes civilisations se qu’ils ont laissé tu te pose beaucoup de questions et je cherche toujours à savoir plus avec les expériences vécue beaucoup de?????

    J’aime

  4. le bone setter, le bonhomme 7heure, un ne va pas sans l’autre, il a existé lui

    J’aime

Répondre à jeancasault Annuler la réponse

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :