La valeur des témoignages oculaires

Un lecteur m’a demandé récemment quel crédit je donne aux témoignages oculaires que ce soit pour mes enquêtes ufologiques ou paranormales. Ça tombe bien parce que, simultanément, voilà que l’astrophysicien Michio Kaku vient de déclarer qu’avec les récents développements (images du Pentagone, intervention de la Naval Intelligence, de la NASA) l’ufologie prend un tout autre tournant.

Le plus poliment possible, il nous dit que maintenant ce ne sont pas Jos Montpetit ou Ginette Beauséjour, deux tartempions pas très crédibles qui racontent ce qu’ils ont vus, ce sont maintenant des personnes crédibles, dont des chasseurs des Forces Armées, avec de la documentation visuelle variée, radar, infra-rouges, sélecteur de cibles etc.

J’aime beaucoup Kaku, mais là, disons que s’il marque un point, il est clair que comme tous ses confrères scientifiques, il a un très gros préjugé à l’égard du monde ordinaire. Il semble ignorer aussi que c’est loin d’être la première fois que nous savons que les militaires sont témoins. Depuis 1956 pour être plus précis, surtout avec le dossier Lakenheath.

C’est l’arrogance scientifique face au petit monde. Cela dit, il n’a pas entièrement tort. Dans la masse plébéienne, il y a des colons, des abrutis, des niaiseux, des épais, des pas d’allures, des soulons, des f…és et ça se poursuit. Et ça, nous les ufologues de TERRAINS, nous le savons. Et avec les années, nous aussi avons appris à faire le partage, le tri et à considérer suspect ce qu’il l’est et ce qui ne l’est pas. Nous faisons un travail de policier dont la devise est, oui, servir et protéger, mais demeurer toujours méfiant. Mais l’ufologie a toujours souffert de ça : les témoignages oculaires ne comptent pas.

Alors là, je dis un instant les enfants. C’est non seulement faux, mais c’est grotesque à l’image de la grande majorité des petits sceptiques de salon que nous connaissons fort bien. C’est leur lubie permanente de prétendre que les témoignages oculaires n’ont aucune valeur sans preuves matérielles comme c’est le cas pour un meurtre, car le corpus delicti démontre que sans cadavre, il n’y a pas meurtre. Sans ovni sous la main, il n’y a pas d’observation.

Bon bon bon. On va remettre les pièces sur l’échiquier et reprendre tout ça. Il est essentiel de comparer les éléments adéquatement en s’assurant qu’on parle de la même chose. On ne compare pas une fleur avec un arbre, une pomme avec une banane et un être humain avec une truite. Le témoignage oculaire en ufologie n’est pas le témoignage oculaire d’un accident, d’un meurtre ou autre qui relève du Law and Order traditionnel et moins encore de l’expérience de laboratoire.

Pourquoi ? Parce qu’on ne peut comparer un évènement qui se définit par sa furtivité versus un autre dont le corps de délit est saisissable. Le faire est alors une preuve d’incompétence, de maladresse ou de mauvaise foi et le plus souvent des trois. J’ai souvent parlé avec cette analogie.

Si vous voyez sur votre terrain un objet lumineux avec autour des êtres étranges qui remontent à bord et disparaissent à la vitesse de l’éclair dans le ciel, c’est une chose. Par contre, si vous voyez sur votre terrain une pierre étrange qui brille dans l’obscurité et qu’en la manipulant vous en ressentez l’énergie et que cela guérit votre alopécie, c’en est une autre. Mais on ne peut pas parler de comparaison ici. L’objet spatial n’y est plus. La pierre, elle, y est le lendemain. Cela veut dire que vous pouvez l’emmener dans un laboratoire, un médecin peut constater la guérison, etc.

L’ufologie se distingue de plusieurs phénomènes par le fait qu’il est insaisissable, sans doute parce qu’il est contrôlé par une intelligence. Il y a eu des cas très rares de RR-2 où des traces sont demeurées, dont des effets visibles sur le témoin. Je pense aux cas sur lesquels j’ai travaillé, comme par exemple celui de M. Léopold Chaput qui rapportait des traces qui se sont révélés significatives en mai 1969 à l’Isle aux Allumettes dans le Pontiac.

Toutefois, 99% de mes enquêtes se sont soldées par des rencontres, tout aussi intenses que nombreuses avec le témoin, mais relevant strictement du témoignage oculaire. Réduire la valeur du témoignage oculaire ufologique au point de l’ignorer, voire de le mépriser comme certains n’hésitent pas à le faire en ricanant, manque de classe et est carrément une erreur que j’ai envie de qualifier de stupide puisque ce type de témoignage est très bien accueilli dans d’autres domaines. Si je n’avais que trois mois d’expérience en ufologie, je ne vous dis pas, mais ce n’est pas le cas.

Dans ma carrière radiophonique presqu’entièrement dévolue aux entrevues, soit près de 15 000 d’entre elles en 45 ans, j’ai rencontré des experts dans tous les domaines et je ne compte plus les occasions au cours desquelles nous avons discuté de témoignages oculaires sur des choses furtives de par leur essence même. Des météorologues sont venus me parler de phénomènes absolument incroyables (qui ne se sont jamais reproduit apparemment) et qui, bien sûr, ne sont plus là. Des astronomes ont rapporté des observations qu’ils n’ont pu conserver à l’époque d’une technologie moins sophistiquée que maintenant. Des agents de la faune sont venus me parler de témoignages oculaires de chasseurs et de trappeurs jurant avoir vu un cougar dans les forêts du nord québécois et ce bien avant qu’on finisse par en faire la preuve. Des ornithologistes, des biologistes marins et plusieurs autres sont venus me parler de témoignages oculaires incroyables et par essence, impossibles. Je pourrais également vous dire que la cryptozoologie est une discipline qui base presque tous ses dires sur la foi de témoignages oculaires uniquement, puisque aucun monstre, sylvestre ou lacustre, n’a jamais été capturé.

Pour en revenir à la notion du droit et de la justice, j’ai maintes fois assisté à des procès ou l’accusé a été reconnu coupable d’un délit sur la base d’un seul témoignage oculaire lui valant de nombreuses années de prison. Ici, la question n’est plus de déterminer l’existence du délit, mais la capacité d’un être humain de décrire adéquatement un ou plusieurs éléments conduisant à l’identifier. La valeur du témoignage oculaire n’est donc plus à démontrer, car n’oubliez pas que si on a conçu un programme Marshall de protection des témoins aux États-Unis, c’est dire qu’il a de la valeur, tellement que la vie du témoin est en danger.

La réponse des sceptiques à cela est la suivante : « Oui mais, sachant que la preuve est faite qu’un délit est commis, ce n’est pas le cas avec un ovni ou un fantôme puisque rien n’indique que ces choses existent. » C’est très adroit mais cela définit dès lors le geste zététique classique qui consiste à éliminer d’une équation la donnée qui nous emmerde pour fausser le résultat ou tout le moins faire en sorte qu’il nous soit favorable. Vous me suivez ?

Les sceptiques disent que les ovnis, les fantômes, les esprits, qu’importe, n’existent pas. D’accord, mais l’ont-ils prouvé avec la même rigueur qu’ils réclament des enquêteurs de l’ufologie et du paranormal sous prétexte qu’une affirmation extraordinaire doit être accompagnée d’une preuve extraordinaire ? Non. Ils n’ont aucune preuve de leur côté et je peux moi aussi exigé une preuve tout aussi extraordinaire parce que faire table rase de 100% des millions de témoignages à travers le monde depuis 60 ans, dont des centaines de milliers provenant de témoins compétents, faire table rase de 100% de ces témoignages est un geste extraordinaire lui aussi.

Il suffit qu’UN SEUL dossier soit legit et la démonstration nous est favorable. Donc en refusant un témoignage oculaire ufologique sans preuves matérielles, les sceptiques en réalité ne rejette pas le témoignage parce qu’il est oculaire, il le rejette parce que l’ovni n’existant pas, il est impossible de croire qu’il ait été vu. C’est la prémisse inadmissible inscrite sur le fronton du temple du scepticisme cynique et intégral voulant que les ovnis n’existant pas, tout ce qui tend à prouver le contraire est donc faux. Pour fonctionner et avancer en toute intégrité dans les méandres du savoir, cette prémisse devra d’abord faire la preuve rigoureuse et finale que tous les témoignages ufologiques et paranormaux sont illusoires Je dis bien TOUS ! Et pas que le dire, le penser, le suggérer, le proposer, mais LE PROUVER.

Autrement, qu’ils retournent dans leurs terriers et nous foutent la paix, nous on a du boulot à faire avec des gens crédibles, sérieux et capables de décrire ce qu’ils ont vu avec rigueur et précision et cela COMPTE puisque de toute évidence, par hypothético-déduction, CELA EXISTE. J’espère que le lecteur qui m’a posé la question sur la crédibilité des témoins oculaires fera la différence, mais dans le cas de sa source, c’est peine perdue. Voilà pourquoi c’est pour lui que j’ai rédigé ce texte car pour sa source, je n’ai plus de temps à perdre. Je vous rappelle que les ouvrages de la Collection Ufologie qui vont tous paraître éventuellement seront empreints de cette même logique qui pourvoit à meubler l’esprit du lecteur d’une série de réflexions intelligentes et soupesées quant à l’existence de phénomènes qui nous dépassent pour la simple raison que la science, indifférente et trop occupée à fabriquer des armes, des vaccins et des téléphones munies de télescopes, n’est juste pas rendue là et nous, les chercheurs, n’allons pas l’attendre pour comprendre que quelque chose de colossal colossal existe dans cet univers !

_______________________________________________________________________________________________________________


Les États-Unis sortent ce qu’ils ont sur les Ovnis ! Qui en parle ici ?

Catégories :Ufologie

Mots-clés :, , , , , , , , ,

5 réponses

  1. Bonjour. Bien d’accord avec vous sur ce sujet. C’est toujours tres penible de voir un temoin renvoye aux plottes parcequ’il ne vient pas du monde scientifique, ou qu’il n’est pas psychologue ou universitaire avec un cursus de 10km. En meme temps c’est pratique pour les sceptiques et autres « rationalistes » patentes, car ca ne vient pas deranger leur vision du monde.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai remarqué que les gens qui n’ont rien vu, qui n’étaient pas présents, savent mieux que le témoin se qu’il a vu.

    Aimé par 1 personne

    • Oui c’est indécent. Ils n’ont fait que lire un compte -rendu et parfois en diagonal et là immédiatement du haut de leur petite stature ils articulent des explications grotesques qui ne font aucun sens et se tapent la poitrine comme des bébés gorilles. Certains sceptiques ont voulu se prendre avec moi en public mais quand j’ai exigé qu’ils aient fait du terrain, de l’enquête de promiscuité et non livresque personne ne se présentait. De plus ils inventent des explications sous le sceau de la plausibilité mais improuvables et ont ensuite l’audace hargneuse de venir nous dire que nous n’avons pas de preuve. Des gens qui doutent ce n’est pas un problème, je compose très bien avec ca, des gens avec des questions intelligentes, des hypothèses bien étayées, je peux composer avec cela si c’est pertinent au dossier mais des crétins membres d’une association de crétins ? Pu capable, pas après 55 ans d’ufologie. Non monsieur.

      Aimé par 1 personne

      • Les sceptiques et les gens qui juges sont quant à moi minable en leur personne. Ils sont incapables d’essayer de faire le moindre effort pour comprendre ou de se faire la moindre idée par eux-mêmes. Ils se cache souvent derrière l’opinion de quelqu’un d’autre et ils se sentent supérieur en plus, que des minables. Merci pour tout se que tu fais.

        Aimé par 1 personne

Répondre à jeancasault Annuler la réponse

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :