Le monde fou de Karou

La covid mentale

Il y a belle lurette que mon exploration du monde invisible, paranormal, voire métaphysique, m’a guéri de cette maladie humaine très courante qu’est la contagieuse covid mentale ou la conception ostentatoire et virale d’idées de dadais. Pour la majorité des gens, c’est triste à dire, mais ce qui existe est ce qui se voit, se touche, se goûte, se sent et s’entend. Le reste n’est qu’un tissu de fadaises, d’exagérations de mauvaises interprétations, de canulars ou alors d’hallucinations. Quand ils auront lu le monde fou de Karou, ce sera pire encore et très certainement aussi après avoir parcouru les manuscrits des auteurs de la collection ufologie profonde. Cette discipline est seule au monde, n’a pas vraiment d’experts puisque personne n’est qualifié pour l’enseigner adéquatement et expose ses flancs aux pires invectives.

Il y a aussi belle lurette que je fais la différence entre un vol de nuit ou une sortie extra-corporelle, autrefois appelé voyage astral, et un rêve, tout comme je fais la différence entre un loup gris qui sort du bois par l’odeur du sang alléché et un épagneul qui sort du salon de tonte Bébés Chéris par l’odeur d’un cookie alléché.

Ah, que j’aime les femmes…

Et ce n’est pas que pour fleurissent en votre esprit des pensées sur celles du Mal de Baudelaire, mais parce qu’elles ont plus de courage, de force et de résilience que les hommes face à l’invisible, le propre du Yin d’ailleurs, alors que les hommes avec leurs gros bras poilus rêvent de batailles, d’orgies et de gros moteurs. M’énervent ! Faites le tour de tous mes livres, les anciens comme les nouveaux, lisez tous les articles sur mon site et comptez les hommes versus les femmes qui ont eu le courage de parler. Comptez les hommes versus les femmes qui acceptent de s’identifier avec leur nom et non un pseudo. C’est 10 à 1 pour le sexe faible, expression pathétique et stupide née de la genèse biblique accusant Ève d’avoir été faible devant la tentation d’une pomme comme si les hommes eux étaient des parangons de vertus devant une bouteille de bière.

L’état quantique du sommeil

Durant notre sommeil, le cerveau est plus actif que lorsque nous sommes éveillés. Vérifiez ! Pourquoi ? Parce que nous quittons notre corps et sommes plus actif que jamais, et même si le cerveau demeure dans le corps, il voit bien que quelque chose se passe. La conscience, le Je dont je parle dans l’article sur ce site, Ma découverte ultime, quitte notre corps et vit des expériences parfois très étonnantes, voire fabuleuses. Mais rares, très rares sont ceux et celles qui en gardent le souvenir et surtout qui vont en parler comme d’une réelle expérience. La qualité du souvenir que nous aurons ira en variant considérablement d’une nuit à l’autre et d’un individu à l’autre. Il ne semble y avoir aucune norme, aucune règle, aucune constance qui soit mesurable de ce côté du rideau.

Nous appelons rêves ces expériences puisque bien sûr le scientisme matérialiste interdit de voir autre chose que des déjections du cerveau dans ces images animées parfois fort troublantes que nous vivons tous. J’ai longuement élaboré sur cette thématique dans d’autres écrits, je ne vais donc pas m’étendre davantage sur la question. Prenez plutôt connaissance du prochain récit de celle qui m’a contacté et que je nomme Karou. D’abord en mai 2015, puis en août 2022.

Voici un extrait de nos échanges.

Elle me confie, en mai 2015, avoir déjà fait régresser une personne, une fois, par l’hypnose (cinq vies de suite) :

« J’ai eu très peur parce que, pour la deuxième vie, je l’ai amené au-delà, un corridor où il y avait des gens morts avec des yeux vides et j’ai senti que je n’avais pas d’affaire là… (C’était un gamin sur son lit de mort.) Je n’ai plus touché à ça après. Et là, je vois que votre dernier livre traitera, entre autres, de ce sujet. Je vais l’acheter parce que depuis, je me pose plein de questions. »

Elle faisait allusion à La mort n’est qu’un masque temporaire… entre deux visages. Les mois passent et voilà que le 15 juillet toujours en 2015, nous nous retrouvons et elle en profite pour me poser une question.

Illustration par Karou des tentacules du mur

« Hier soir, je me suis couchée dans le lit du bas (lit à deux étages) de ma fille (elle était couchée dans le mien) pour surveiller son petit frère de 19 mois qui a commencé à descendre de son berceau. Donc, après qu’il se soit endormi, je suis restée là à regarder dans le vide. J’entendais mon plus vieux de six ans qui ronflait au-dessus de moi et c’est là que j’ai ressenti un Esprit, mais, pas vraiment, c’était… nouveau ça. Je vois mieux les yeux fermés, alors je les ferme et je vois des espèces de tentacules sortir du mur et qui me frôlent la tête… c’est à la fois épeurant et très gossant. Ça semblait sortir d’un trou (j’étais collée au mur) un genre de portail qui était ouvert. C’est ce qui m’a semblé en tout cas. Regarde ce dessin.

Alors, je visualise que je referme le portail et, tranquillement, il se referme. J’attends et je ressens la même chose, mais d’ailleurs… ben là !  Je referme les yeux, je fais le tour de la chambre (je reste couchée quand même). Et il y en a un autre, mais à côté de mon garçon au-dessus de moi, sur le même mur ! Je n’ai pas vu de tentacules, mais, c’est peut-être que j’étais en bas… bon… même processus, je le referme. J’aimerais connaître votre avis si vous avez le temps. »

Aussitôt, je lui réponds parce que j’ai une petite idée de quoi il retourne.

Dessin de Betty Andreasson

« Karou, je tiens à te dire que Betty Andreasson a déjà vécu quelque chose du genre. Elle explique que de petits êtres avec des genres de tentacules tentent de faire pénétrer quelque chose par le toit et la vitre arrière. Voici le quelque chose en question dessiné par Betty Andreasson qui, malheureusement, n’en dit pas beaucoup sur la nature de ces tentacules. »

Voilà donc une jeune femme capable de ressentir l’invisible et qui voit très bien comment se manifestent certaines formes-pensées soit en les attirant, soit parce que ces entités veulent simplement influer sur elle et ses enfants, comme c’était le cas pour Betty. Qu’importe, elle a très bien su comment se débarrasser de ça et protéger ses enfants ainsi qu’elle-même. Or, on sait que si son garçon s’était réveillé, il n’aurait jamais vu ces tentacules, aucun d’entre nous d’ailleurs. C’était une rencontre spectrale, mais attention, ses enfants étaient sans doute trop jeunes. En voici la preuve.

Après l’avoir perdue de vue pendant des années, nous nous retrouvons cette fois en août 2022.

« J’ai 4 enfants. Jacques 13 ans, Élizabeth 11 ans, Vincent 8 ans et Julien 2 ans. Jacques et Élizabeth ont des dons depuis qu’ils sont petits. Tu te souviens, il y a quelques années des tentacules qui sortaient du mur là où dormaient mes enfants, j’avais fait un dessin. Deux brèches s’étaient ouvertes et je les avais repérés en scannant la pièce. Mais là, c’est autre chose. Hier dans la nuit du 30 au 31 août (2022) mon fils Jacques s’est réveillé pour aller à la toilette. Il a vu un être étrange. C’était grand comme la porte de sa chambre avec une tête immense sans yeux. Il était peut-être plus grand parce qu’il était penché. Je décris ce qu’il m’a raconté parce que c’est ce qu’il fait depuis tantôt. Il réexplique et me détaille ce qu’il a vu. Ça l’a marqué. Il n’était pas satisfait de ses dessins alors j’ai redessiné le contour et lui, il a redessiné l’intérieur avec de meilleures couleurs. Il y avait des veines sur la tête un peu partout avec un rond au centre qui les reliait. Jacques dit que c’était comme un mélange de muscles et d’organes avec des veines qui ressortaient. Il y avait des taches comme des grains de beauté, mais de la grosseur d’un œil humain. Il avait trois doigts grands et larges. Jacques m’a dit qu’il était horrifié et avait très très peur. Il y avait une espèce d’aura foncée autour de cet être étrange. Il s’agrippait au cadrage de la porte. 

Dessin de Jacques

Jacques m’a dit qu’il l’avait vu deux fois. La première fois, il ne le voyait pas bien. Il était un peu caché derrière le cadrage de porte. Il l’a vu quelques secondes. Il a mis quelques minutes avant de se décider à aller à la toilette, il avait peur. Puis il est revenu dans sa chambre. Et c’est là qu’il l’a revu, mais cette fois-ci, avec la tête plus exposée. Il a dit que l’être a baissé la lumière du corridor. Il a dit et je le cite :

 » J’avais la sensation d’être menacé, j’étais stressé et angoissé. « 

Ma fille l’a vue aussi… plus dune fois. Les enfants se dépêchaient à ramasser leur couverture au sous-sol pour dormir en haut. Et elle l’a croisé dans le corridor. Elle m’a dit que sa tête était énorme, beaucoup plus grande que le dessin et qu’il a un très long cou. Elle m’a dit qu’il est très maigre et qu’il a la peau sur les os. Il suinte. Et il pue.[1] Il est brun rougeâtre. Il est très grand et son corps est voûté par en avant. Elle m’a dit que ses organes sont dans sa tête. Il est dégoulinant qu’elle m’a dit. Élizabeth pleurait. Elle m’a dit :

 » Maman, je préfère voir n’importe quoi sauf ça. C’est la pire chose que j’ai vue de ma vie. Pis il sent mauvais et je le sens en descendant les escaliers. « 

Je crois personnellement que c’est un démon. Je ne suis pas une experte, mais ouf. C’est très lourd comme atmosphère chez moi. Et il fait du bruit en bas. Même le chat a peur de descendre. Il s’est caché dans les couvertures.

Un dessin d’Élizabeth, 11 ans

Élizabeth a aussi vu ce petit être d’environ 1 mètre de hauteur. Il avait un bandage de feuille sur la jambe. Ses vêtements étaient bruns et lousses et avaient des manches longues qui étaient larges au niveau des mains. Il avait un chapeau en pic. Il boitait. Sa jambe était toute croche qu’elle m’a expliquée. On aurait dit qu’elle était brisée. Il était dans le corridor et Élizabeth était dans la salle de jeu lorsqu’elle l’a vue. C’était l’après-midi. 

Puis, Élizabeth m’a raconté :

 » J’étais chez mes amis à l’extérieur. Il y a environ deux mois. (Leur maison est en face de la nôtre.) Je marchais avec mes amies sur le côté de la maison. C’était le soir tard. J’ai vu un petit garçon de l’âge de Vincent (son petit frère, donc environ 8 ans). Il avait plein de petites affaires qui le suivaient. C’était comme plein de petites boules noires. Il était à environ deux mètres de moi. Il était droit et me fixait. Il était habillé comme dans le vieux temps. Avec sa petite boucle noire et son chapeau. C’est comme s’il se préparait à aller à un bal. Il portait des pantalons bruns, mais j’avais de la misère à voir à cause des petits points noirs. Son chandail était genre blanc. Pis tous les petits points noirs tournaient autour de lui. « 

Je lui demande si elle a vu son visage. Non, elle ne voit jamais les visages qu’elle me dit.

Élizabeth s’est dessinée en train de dormir. Elle a peur la nuit car elle sent une présence imposante en arrière d’elle. Elle dit qu’elle sent une pression comme si quelqu’un posait sa main en arrière de sa tête. Elle a un lit mezzanine, elle dort en haut. 

Il y a un an, Jacques a sorti le chien et est allé dans la cour en arrière. C’est là qu’il a vu un être humanoïde courir comme un animal et entrer dans une roche. Il avait des vêtements « comme de la dentelle qui lui collait à la peau« . Il avait les cheveux courts et ses yeux brillaient comme un chat dans la nuit. Il était pieds nus. Le chien fixait la roche après que l’être soit entré dedans. »

Événement concernant Vincent 8 ans

« J’écris ce qu’il me dit :

 » J’étais dans ma chambre et je me suis levé pour aller faire pipi. C’était la nuit. Quand je suis revenu dans ma chambre, il y avait une boule blanche lumineuse qui flottait. Elle était plus vers mon lit. La taille d’un ballon de basket. Ça me tentait d’aller en haut pour te voir, mais j’avais peur (il a voulu monter les marches, mais il s’est ravisé, car il avait peur du noir). Quand je suis revenue dans ma chambre, la boule n’était plus là. « 

Il a revu l’être étrange, il y a de ça 10 minutes. Il était assis dans la salle de lavage.

Entité vue dans la salle de lavage

Lorsque je scanne la pièce, je vois une entité imposante et large. Présentement, je la ressens sous l’escalier. Nous allons quitter la maison pour quelques jours. Un médium va venir purifier la maison lundi. Mon conjoint rit de tout ça et nous dit que si cela ne nous attaque pas, c’est que ce n’est pas dangereux. Il voulait des photos, des preuves… ça ne fonctionne pas les photos… on a essayé tantôt. Je vais aller chez mes parents jusqu’à dimanche. J’ai requis les services d’un médium qu’on m’a recommandé, un passeur d’âme. Lundi on verra ce que ça donne avec ce monsieur. »

J’ai répondu à cela que je ne connais pas ce monsieur, je ne peux donc pas l’aider.

« Il faudrait que tu fasses l’historique de la maison, son âge, ses anciens propriétaires, si des drames sont survenus dans cette maison et voir avec les voisins s’ils savent des choses. Ton mari ricane de cela et il faut le comprendre. Il ne ressent rien, ne voit rien, parce qu’il n’a pas ces capacités psychiques que tu sembles avoir et que tu as transmises à tes enfants. C’est aussi simple que cela. Pour en revenir au médium, nettoyer une maison peut ne pas être aussi simple, ça peut être long, mais bon, tiens-moi au courant. »

Elle me répond qu’elle comprend et me dit :

« Je n’ai pas d’autres alternatives. Je vais le savoir si c’est un vrai passeur d’âmes. Ils ont une aura blanche/argentée et je suis capable de les voir. »

Lundi 5 septembre 2022

Elle entre en communication avec moi et elle semble bien aller.

« Le monsieur avait une aura blanche. Ça m’a tout de suite rassuré. Il a dit que son don était de naissance, il travaille là-dedans à temps plein. Pour l’esprit, il a dit que c’était une entité masculine et que ce n’était pas démoniaque. Il a dit que son aspect était semblable à ceux qu’il avait déjà vus dans le bas astral avec ses guides. Il lui a donné le choix entre aller vers la lumière ou sortir de la maison. Il disait que c’était une entité froide, collante et que ça voulait rester. Finalement, il l’a envoyé à l’extérieur. Il a mis du sel autour de la maison et à l’intérieur et a purifié les pièces avec de l’encens. Il nous a aussi « nettoyés » au cas où on aurait été contaminé par l’entité.  Il m’a laissé une bouteille d’huile de cèdre et des bâtons d’encens. »

Je connais cette méthode, cela a déjà donné des résultats, mais cela a aussi échoué. Elle me revient le lendemain avec un détail intéressant.

Mardi 6 septembre 2022

« Notre maison a été construite en 2003 avec deux propriétaires avant nous. Je viens d’aller voir mes vieux voisins et ils m’ont dit que l’ancien propriétaire était parti en ambulance un soir et qu’il n’était jamais revenu. C’était un ancien Hells Angels. Il avait légué sa maison à sa blonde qui a mis 2 ans et demi à la vendre à cause du prix trop élevé. L’autre propriétaire avant lui était une femme qui vit encore à Saint-André-Avellin. Et avant sa construction, c’était un champ d’agriculture. Peut-être que c’était l’ancien propriétaire. Mais il n’est pas mort de mort violente à ce que j’ai compris. 

L’entité était à l’extérieur hier soir ; à la fenêtre de la cuisine. Je ne me sentais pas bien du tout. Je me suis dépêché de fermer la fenêtre. J’ai écrit au passeur d’âme et je lui ai raconté la petite histoire de l’ancien proprio. Il m’a dit non, ce n’est pas lui. Il a dit que cette entité-là était très ancienne et puissante. Rien à voir avec un simple esprit de défunt. Je ne pense pas que l’huile va y changer quelque chose. Pas contre cette chose-là en tout cas. »

Je lui dis :

« Tu sais Karou, on ne chasse pas une entité aussi puissante en une journée. Elle revient. Je sais qu’on ne devient pas un Hell’s Angel pour dire la messe et ces entités se nourrissent d’énergies négatives dont le rosbif et le dessert sont la haine et la peur. Il y a de la peur évidemment chez toi, mais pas de haine quand même… »

Elle répond à cela :

« Oui, c’est vrai. Tu soulèves un bon point. Pourquoi notre maison spécifiquement ? Je me suis dit qu’il avait sûrement été attiré par la lumière des enfants. Et puis, le passeur d’âme m’avait dit qu’il l’avait envoyé loin dans la forêt, mais pas plus tard qu’hier soir, c’était déjà dans ma fenêtre. Ça m’a rendue perplexe. Je lui ai écrit tantôt. Il m’a répondu de ne pas avoir peur et que la seule façon de le faire entrer c’était de l’y inviter. Ouais, c’est quoi je peux faire s’il revient encore ce soir !? Mettre un crucifix au-dessus des fenêtres ? »

Incroyable ce que le cinéma peut faire !

« Laisse tomber les crucifix Karou, ça va le faire rigoler. Ne confonds pas ta réalité avec le cinéma d’horreur. On dit cela aussi dans ces films : qu’un vampire ne peut entrer que si on l’invite ! Cela dit, la peur le nourrit. Traite-le comme un pauvre type qui devrait se faire soigner. Sur ce point, tu dois inculquer à tes enfants que la peur le nourrit et de tout simplement lui dire d’aller au ciel, si ça rejoint ta culture, quand ils le voient. Ça va fonctionner. »

Quelques jours plus tard.

« J’essaie de ne pas douter de mes capacités. De ne pas avoir peur. Je le fais pour mes enfants, ça me donne du courage. Hier, toute la nuit, on m’a visité. Ce n’était pas « lui », mais un de ses petits amis. Il tentait de trouver une faille dans mon esprit. Je sens que « lui » veut gagner du terrain. Je sais que je dois ouvrir les fenêtres, faire chaque recoin de la maison. Pour le reste… je pensais me fier à mon instinct. Mais je ne veux surtout pas manquer mon coup. »

Je la rassure :

« Maintenant, voyons si cela va passer le test du temps. Comme déjà dit, j’ai eu affaire à ça des suicidés, des gens morts dans la maison, tués par un membre de la famille ou accidentellement. Il peut y avoir plein de raisons comme ça. Vous êtes des sensitifs alors il y a plein d’endroits où vous pourriez vivre des trucs pareils surtout en campagne comme vous l’êtes. Au prorata, il y a plus de crimes commis dans de petites places qu’en ville. »

J’ai laissé une semaine s’écouler.

« Peut-on dire que tout est fini ou ça continue ou c’est pire que jamais ? »

Elle répond :

« Cela a pris quelques jours avant de voir une différence. Je crois qu’il tentait de revenir. On le voyait dans la cage d’escalier ou en bas. Deux jours de suite, j’ai purifié les pièces avec de l’encens. Je ne sais pas si cela a aidé, mais après, plus rien ! C’était calme. »

Je n’ai plus eu de nouvelles. Vous ne le saviez pas, mais des Karou, il y en a des centaines de milliers et plus encore. Voilà pourquoi cette collection existe. Pour que vous réalisiez enfin que le monde dans lequel nous évoluons n’en est qu’un, tout petit, parmi tant d’autres !

Croyances en l’astral blavatskyen

Dans un de mes livres, Les Divergents chez Québec-Livres, je fais état de deux grands noms de l’ésotérisme qui sont à l’origine de la très grande majorité des croyances dans ce domaine. Helena Petrovna Blavatsky et Rudolph Steiner. Ce sont des auteurs du 19e siècle qui ont fait orbiter de nombreux autres dans leur gravité influenceuse. Dès que vous lisez le mot astral, c’est que la source est la même. Blavatsky traite alors de son célèbre septénaire, soit les 7 plans de l’astral :

  1. Le plan physique : le monde matériel : la réalité atomique (biologique).
  2. Le plan éthérique : la force vitale et siège du désir sexuel (énergie éthérique).
  3. Le plan astral : les émotions et les sentiments. Énergies de cocréation niveau 1.
  4. Le plan mental : les pensées, les croyances, les concepts. Énergies de cocréation niveau 2.
  5. Le plan causal : les archétypes et les stéréotypes. Karma et Dharma. Causes existentielles. Mémoires.
  6. Le plan bouddhique : dimension de l’âme.
  7. Le plan âtmique : dimension de l’Esprit-Soi

Ne vous y tromper pas, ce septénaire a fait école et une très grande quantité de personnes qui croient en l’invisible ont ce vocabulaire en bouche sans même en connaître les origines. C’est déjà un peu plus sérieux que ceux qui basent leurs croyances sur l’influence que les ouvrages et films de vampires ou de zombies ont eu sur eux et croyez-moi, ils sont très nombreux. Il n’y a pas d’enseignement régi dans ce domaine et avec le Net, c’est un réservoir de grâce et d’ordures, car tout y est et bien malin qui fait la nuance. N’importe qui dit n’importe quoi, autoproclame un titre qui accroche et c’est parti.

Très tôt, j’ai éliminé le vocabulaire du septénaire, sauf peut-être pour le terme karma qui, de loin, est plus ancien. Mais en général, j’essaie de ramener au plus simple les termes de l’ésotérisme et je me dégage de toute école de pensée tout en prenant soin de ne pas en créer une malencontreusement. En ésotérisme on parle des créatures du bas astral, des entités démoniaques, etc. Je pense que c’est Hermès Trismégiste qui nous dit vraiment ce qui en est dans la Table d’Émeraude :

« Il est vrai, sans mensonge, certain, & très véritable : Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d’une seule chose. »

Sur le plan physique, il y a de magnifiques oiseaux du paradis, de sinistres vautours tout comme il y a de gracieux papillons, de sournoises tarentules, des chats, des chiens, des blattes, des scolopendres, des anges de mer, des requins blancs, de très belles personnes et de très perfides individus. La mort ne transforme pas l’essence de celui qui décède, elle ne fait que l’extirper de son avatar tel qu’il est. Il existe des choses répugnantes dans ces autres dimensions, ne faisons pas d’angélisme en divinisant l’invisible avec le petit Jésus et sa cohorte d’anges ailés.

La chose qui s’en est prise à Marie-Josée Boisjoly dans son livre, La Chose de la maison maudite, n’était pas une larve astrale ou le Diable, mais une entité désincarnée sans doute depuis fort longtemps ou pas. On verra également cette immonde créature, un homme qui a tué son épouse, qui s’en prenait à MoNic Beauregard dans Les secrets de ma chambre forte. Et qui était l’Intruse, de Brigitte et Dany ? Qui donc a laissé des traces de pas monstrueuses dans la neige dans Le chant de la sirène de Chantal Goupil, sans parler des affreux trolls qui ont voulu s’en prendre à Carole Lauzé et ses deux cousins dans sa Fascinante zone parallèle ? Ma liste est très longue. J’ai vécu mes propres expériences dans un vieux wagon infernal en 2002 alors, oui, il existe des formes de vies intelligentes extraordinaires et lumineuses dans l’invisible et l’inverse est très vrai.

Nous y sommes pour beaucoup

J’ai cru comprendre assez tôt que l’attitude est extrêmement importante. Si je me fais harceler par une entité qui me fait la détester, sans parler de l’effroi qu’elle crée en moi, alors elle va revenir. La haine et la peur sont les nutriments du Mal. Si je change d’attitude si je cesse de détester l’autre, de l’enduire d’une huile de haine dont il va se repaître, alors il ira ailleurs, il ira chercher sa nourriture là où elle abonde et malheureusement, ce n’est pas cette nourriture qui manque sur cette planète.

« Mais aimer un monstre, c’est impossible ! » dira Promi, le jeune héros de l’Atlantide de T.A. Barron (traduction chez les éditions les Incontournables).


[1] L’odeur de soufre est fréquemment rapportée d’où sa réputation voulant que ce soit l’odeur des enfers.

______________________________________________________________________________________________________________


L’os magique de notre évolution et les extraterrestres !
Ressources naturelles Canada s’inquiète de vols d’ovnis près des centrales nucléaires

Catégories :Articles - Ufologie profonde

Mots-clés :, , , , , , , , , , , ,

5 réponses

    • Toujours aussi intéressant il va bien falloir que j’arrête de procrastiné et partager m’a sorti hors du corp et celui que j’ai rencontré je vais le dessiner encore mieux. Questions de faire augmenter le % des gros bras poilus.

      Aimé par 1 personne

  1. Bonjour Jean, pour l’avoir souvent entendu parler de ces taches sur terre, Jarred Neil est un puissant exorciste, il serait possiblement une réponse à Karou. ________________________________

    Aimé par 2 personnes

    • Un je ne connais pas ce monsieur. Deux il faut qu’il demeure à proximité, Trois il doit pouvoir offrir des conditions TRÈS raisonnable. Les exorcistes que j’ai vu oeuvrer chargent des montants élevés et ne remboursent pas en cas d’échecs. J’ai très peu de respect pour ces gens-là.

      J’aime

  2. Pour ton information Jared Neil a fait une très belle entrevue à zone parallèle le 15 octobre, demande à Carole Lauzé.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :