Croyances étonnantes mais vraies ?

Croire que la Terre est plate, qu’il y a des nano-tueurs dans les vaccins et que des Reptiliens se nourrissent d’enfants bien gras dans des grottes souterraines ne sont pas des croyances étonnantes mais des lubies. Je vais toujours me battre, toute ma vie contre ce qui ne fait aucun sens et ne fait que nourrir l’imagination de ceux qui n’en ont pas. Ce qui suit est considéré comme de la fantaisie, de la fiction, presque au même titre que ce dont je viens de parler, mais il y a une différence. De nombreux faits provenant de sources différentes viennent appuyer leur existence et quand on décortique la question, on se rend compte que la possibilité, voire la probabilité soit très élevée que ces croyances soient fondées.

Le hasard et les coïncidences sont généralement acceptés d’emblée par la communauté scientifique pour expliquer certains phénomènes. En fait, le hasard a le dos très large. Par exemple, s’il arrive qu’une découverte importante soit faite simultanément par plusieurs chercheurs dans des pays différents et à quelques jours d’intervalle, la théorie veut que cela soit dû au hasard.

1 – La résonance morphique

Tous ne pensent pas cela, certains hérétiques sont même convaincus que le hasard n’y est absolument pour rien et qu’un mécanisme très particulier soit à l’origine de ce phénomène. Le biologiste Rupert Sheldrake, dont je traite longuement dans Les Divergents, est l’un d’eux et donne à ce mécanisme le nom de résonance morphique. Les esprits portés sur l’ésotérisme vont parler d’archives akashiques. Il existerait quelque part une sorte de savoir universel dans lequel les humains puisent le leur au fur et à mesure qu’ils en ont besoin. Un physicien David Peat croit que tout a été inventé déjà et que nous puisons dans notre inconscient collectif pour y effectuer ce que nous appelons faussement des découvertes.

L’expérience des singes de l’Île de Koshima en est une démonstration à l’échelle animale. Ce n’est pas de la fiction, c’est un fait patent et documenté. On appelle cette théorie celle du Centième singe. Observés par des scientifiques, les macaques étaient nourris avec des patates douces. Un jour, une guenon décida de laver sa patate recouverte de terre boueuse et de sable. Après une certaine période de temps, les autres singes imitèrent ce geste et au bout de quelques années tous les jeunes singes adoptèrent cette méthode. Rien d’étonnant considérant que les singes imitent aisément les comportements qu’ils observent. Les plus âgés par contre ne le firent pas. Mais un jour, tous les singes sans aucune exception de Koshima se mirent à laver leur patate. Le phénomène prit toutefois une allure incroyable lorsque soudainement TOUS les singes des autres îles et du continent appartenant à cette espèce firent de même. Une observation semblable fut effectuée auprès de mésanges qui apprirent toutes ensemble comment ouvrir une bouteille de lait sur le perron des portes en Angleterre. Cette transmission quasi télépathique s’effectuerait lorsqu’une masse critique d’individus a acquis un savoir nouveau qui, aussitôt, est disponible pour l’ensemble de l’espèce. C’est ce point sur lequel je reviens très souvent dans mes écrits : atteindre une masse critique !

2 – Astrologie karmique et l’influence des astres

L’astrologie karmique part du principe que la réincarnation est une réalité. Conséquente de la notion orientale du karma, l’astrologie karmique détermine que les actions vécues dans une vie antérieure ont un effet direct sur notre existence présente. Les adeptes de la réincarnation savent que l’être humain ne conserve généralement aucun souvenir de ses vies antérieures, mais que l’inconscient en garde des traces indélébiles. Contrairement à l’astrologie plus traditionnelle qui fonctionne à partir des maisons d’une carte du ciel, déterminant la position des planètes dans telle ou telle maison à l’heure de la naissance, l’astrologie karmique s’intéresse à ce qu’il est convenu d’appeler les nœuds lunaires. Les nœuds lunaires sont situés soit au nord et au sud. C’est l’axe des nœuds qui informent l’individu sur les acquis négatifs d’une vie antérieure qui lui valent la nécessité de se réincarner et ceux positifs à adopter dans sa vie présente. Les nœuds sud sont issus du passé alors que les nœuds nord témoignent de notre présent.

Certains astrologues affirment que c’est idéalement à l’âge de 37 ans qu’il faut établir une carte du ciel karmique. Les nœuds lunaires ne doivent pas être confondus avec les planètes. Ce sont plutôt des points de croisement orbitaux entre la Lune, la Terre et le Soleil. Lorsqu’un individu consulte un astrologue karmique et que ce dernier lui parle de son nœud sud, il fait allusion à son passé, sa vie antérieure. Lorsqu’il fait allusion à son nœud nord, il identifie les contre-mesures karmiques à adopter pour corriger le tir dans cette vie présente. Outre la consultation, il existe des tableaux de nœuds lunaires qui permettent avec un ouvrage descriptif d’en savoir plus long sur cette question. À titre d’exemple, je prends mon cas, si vous êtes nés entre le 27 janvier 1949 et le 26 juillet 1950 votre nœud sud-est en balance et votre nœud nord-est en bélier ce qui signifie que les faiblesses typiques de la balance que vous aviez dans votre vie passée peuvent être modifiées par une attitude adoptant les forces typiques du bélier dans celles-ci. Tout cela indépendamment de votre signe natal et de votre ascendant, quoiqu’une étude de votre carte du ciel actuelle, conjuguée à vos nœuds lunaires peut alors devenir une source riche d’enseignements.

« Nous sommes nés à un moment donné, en un lieu donné, et nous avons, comme les crus célèbres, les qualités de l’an et de la saison qui nous ont vus naître. L’astrologie n’en prétend pas davantage » déclarait Carl Gustav Jung.

L’astrologie est au banc des accusés depuis qu’elle existe, pourfendue par les plus anciens penseurs tout comme par les plus récents. Et pourtant, elle tourne ! dirait Galilée. En effet, malgré des millénaires d’attaques parfois sournoises, l’astrologie persiste et signe. Hors les amateurs qui n’ont lu qu’un ouvrage pour s’improviser dresseur de cartes du ciel et les horoscopes qui généralisent tout sous un même signe, l’astrologie n’en demeure pas moins un art ésotérique extrêmement mystérieux et résilient, parce que très ancien et toujours factuel. Mais comment peut-on croire qu’une planète aussi éloignée que Pluton ait une influence quelconque sur un nouveau-né ? On peut concevoir que le signe astral soit en fonction du soleil dont l’influence physique sur notre planète est plus qu’évidente. On peut également associer les effets de la lune sur les marées à un quelconque effet sur le psychisme du bébé naissant, mais cet effet n’est-il pas présent dans les mois qui précèdent la naissance ? Les astrologues réfutent cet argument n’ayant jamais prétendu que les planètes exercent une influence physique quelconque. Tout ne serait en fait qu’une affaire de cycles. Les cycles astrologiques se baseraient donc sur le thème natal puisque l’inconscient saurait exactement où se situent les planètes dans l’espace et, de ce fait, l’astrologie trouverait son fondement entre ce besoin d’ordre intérieur et le synchronisme aux phénomènes astronomiques. Or, le mouvement des planètes et des étoiles dans l’univers correspond à des cycles très précis.

C’est grâce à cela que nous pouvons mener des expéditions dans l’espace, sachant qu’à tel moment la planète visitée se situera précisément à tel endroit dans l’espace. Or, nous serions intimement liés à ces cycles, un peu comme si notre corps et notre psychisme avaient tous deux un lien de correspondance avec le système sidéral. Les calculs complexes de l’astrologie se baseraient précisément sur ces cycles. Le fait d’être né à telle heure, de tel jour, mois et année en un lieu spécifique, correspondrait avec un positionnement de planètes qui déterminent certains paramètres. Ces derniers peuvent être de simple nature caractérielle ou prévisionnelle. Tout astrologue sérieux reconnaît que l’être humain est néanmoins maître de son Destin. Je peux vous suggérer une excellente astrologue spécialisée dans cet art pour avoir travaillé avec elle à de nombreuses reprises : lorrainebinet.com pour son site web.

3 – Une expérience de mort imminente

L’expérience de mort imminente est contestée par plusieurs, sauf par ceux qui l’ont vécue. Généralement tous en sortent avec une vision très positive de la mort sans vouloir pour autant cesser de vivre, au contraire même. Indépendamment du fameux tunnel dont plusieurs se moquent, de la lumière astrale et des visions parfois fabuleuses, il existe des cas fort simples et pourtant extrêmement rafraichissants.

Alors qu’elle est en week-end d’excursion avec toute sa famille, une femme se met à avoir des douleurs dans la poitrine et on la transporte en ambulance à l’hôpital de Bossier en Louisiane. Arrivée à la salle des urgences, elle est en train de répondre aux questions du médecin de service quand elle lui dit : « Je ne me sens pas très bien ». C’est alors que son cœur s’arrête. Il faut trois chocs électriques pour la ramener alors que son électrocardiogramme est plat.

Tout ce dont elle se souvient est la vision de son père. Il se trouve dans une belle cour avec des arbres, une herbe très verte et conduit quelque chose qui ressemble à une tondeuse à gazon et il lui fait signe de la main. Il est heureux, tout est beau. Il fait ensuite un geste pour lui signifier de sortir du passage. Tout cela est très réel pour elle. Son père était décédé le 12 juillet 2004, moins d’un mois auparavant. Elle était son infirmière. « Naturellement », dit-elle. « Je ne suis pas prête à mourir, mais je n’ai plus peur de la mort maintenant. Je me suis révélée à moi-même tant émotionnellement que spirituellement. Je crois qu’il existe une vie après la mort, que c’est très beau et que nous serons entourés d’amour. Je n’ai pas vu de lumière, j’ai vu mon père qui me manque terriblement, mais je crois que je serai de nouveau avec lui un jour ».

4 – Les zombies

L’homme meurt dans d’étranges conditions. Sa famille éplorée l’enterre selon leurs coutumes et dépose des fleurs sur sa tombe. Puis un jour, dans un pays voisin l’homme est vu, identifié, il est ressuscité, il vit. Il ne parle pas, ses yeux sont embrumés, sa démarche incertaine. Il travaille des heures durant dans la canne à sucre et ne gagne aucun salaire. C’est un esclave, c’est un zombie : un mort vivant ! Ce terrible scénario n’est pas de la fiction inspirée d’un film de série B, mais une cruelle réalité du milieu de vie haïtien qui dit-on en 2022, n’existe plus. Je crois plutôt que, dénoncé par un reporter français que j’ai rencontré à Paris en 82, cet horrible scénario a simplement fait en sorte que la procédure est devenue très secrète.

Les morts vivants existent, mais leur résurrection n’a rien de miraculeuse. Elle est attribuée à une drogue complexe fabriquée par les sorciers vaudou. En premier lieu, on retrouve une plante connue ici, la Datura. On parle aussi de l’herbe aux sorciers et du concombre-zombie, mais surtout d’un poison extrait du poisson-globe, la tétrodotoxine. Chaque année, des milliers de Japonais perdent la vie parce qu’ils s’obstinent à manger de ce poisson dont la chair, si elle est mise en contact avec la glande mortelle, devient meurtrière. N’oublions jamais que les poisons et les animaux les plus meurtriers de la planète viennent tous de la mer.

L’effet combiné de tous ces produits conduit l’individu à sombrer dans un coma très profond. Son pouls est à peine perceptible. Dans certains milieux moins bien informés, c’est donc un constat de décès. Une fois enterré, l’homme est sorti de sa tombe par ceux qui l’ont drogué et emmené loin, parfois même à l’extérieur de Haïti, soit en République Dominicaine ou sur le continent. Le mort vivant est médicalement irrécupérable. Ses fonctions supérieures, soit cognitives, étant grillées par le poison, il peut  toutefois demeurer physiquement actif et devient alors un esclave très rentable que l’on vend sur un marché évidemment des plus secrets. Vous ne le trouverez pas en train de faire de la comptabilité, mais il excelle dit-on à effectuer toujours la même tâche, simple et routinière.

5 – Réincarnation

(Tel qu’entendu à l’émission Les Faits Maudits du 13 novembre 2021.)

Marcel et son épouse viennent d’avoir un petit garçon qu’ils ont appelé Anthony. Trois années passent quand un jour Marcel demande à son épouse de les filmer avec la caméra vidéo suite à une très étonnante déclaration de l’enfant sur une vie antérieure. Comme tous les papas du monde, Marcel demande à son enfant : « Aimes-tu Papa ? Aimes-tu maman ? » La réponse filmée de l’enfant est étonnante et relance le débat éternel de la réincarnation. À sa manière et dans son langage d’enfant, il répond que oui, mais lorsqu’on lui demande pourquoi, il explique alors qu’il les a choisis tous les deux. Marcel ne réagit pas et au lieu de mettre un terme à la conversation plutôt étrange, il veut en savoir plus. L’enfant explique alors qu’ils étaient tous réunis avec un personnage en blanc qui leur disait des choses et qu’ils devaient soigneusement regarder des images qui bougeaient et qu’ils devaient choisir entre quelques-unes de ces images. Il ajouta qu’il aimait beaucoup ce qu’il voyait et qu’il avait donc choisi papa et maman pour venir au monde. Éberlués, les deux parents s’informèrent auprès de moi sur la question qui eut tôt fait de leur indiquer que ce genre de réponses est très fréquent chez les enfants de 3 ou 4 ans lorsqu’on prend la peine de les questionner sans forcer les choses et surtout quand on prend la peine de les écouter. J’ai ajouté avoir vécu cette expérience à de multiples reprises et qu’il est essentiel de préserver ces souvenirs d’enfants puisqu’ils vont s’effacer avec l’âge. L’important est de cesser de parler en bébé à des bébés et de ne pas constamment prendre leurs dires pour des fantaisies infantiles. Les enfants de 3 à 4 ans viennent tout juste de revenir, et ils en conservent souvent des souvenirs précis. 

6 – L’aura humaine

Tous ont entendu parler du fameux Troisième Œil qui permettrait notamment de visualiser l’aura humaine. Depuis la parution du livre du même nom par le fumiste Cyril Henry Hoskin sous le pseudonyme de Lobsang Rampa, cet organe spirituel fait l’objet de moqueries incessantes, mais il existait bien avant Rampa.

Nous dégageons une énergie invisible qui devient en quelque sorte une révélation de nos émotions et de notre dynamisme physique spirituel. Certaines personnes peuvent voir ces auras. Des scientifiques croient qu’il s’agit d’illusions d’optiques ou d’un phénomène appelé la synesthésie, c’est-à-dire que les gens réagissent avec ceux qu’ils connaissent en créant ces couleurs. La synesthésie pourrait aussi être la contre-réaction scientifique à la capacité innée de lire les auras. Mais ce n’est pas si simple. En 1900, Walter Kilner découvrit qu’en recouvrant un miroir de teinture de dicyanine, un colorant vert olive, utilisé autrefois pour développer les photographies, il était possible d’entrevoir l’aura humaine. En 1936, Otto Rahn écrivit que l’aura humaine est constituée de rayons sensibles ultraviolets, perceptibles uniquement dans certaines circonstances. Puis en 1949, Seymyon Kirlian découvrit par hasard un procédé permettant de photographier l’aura d’une plante, même si certaines de ses feuilles avaient été coupées. L’aura se voyait à la place des feuilles manquantes en les entourant, comme si elles étaient encore là ! On croit aussi que l’aura est représentée par cette auréole qu’on attribue aux Saints dans les peintures dites sacrées. On attribue également à l’aura la découverte par les acupuncteurs taoïstes des milliers de points nerveux sur le corps. Cette énergie aurait aussi la faculté d’imprégner les objets, ce qui expliquerait les réactions de certains sensitifs à ces objets et qu’on appelle la psychométrie. Un meurtre survenu dans une pièce laisserait une trace par l’aura dégagée, tant par le meurtrier que sa victime. Un sensitif capable de capter cette énergie résiduelle pourrait en donner une description, mais la très grande majorité des corps policiers répugnent à avoir recours à leurs capacités. Tant pis pour eux. Les animaux et les nouveau-nés y seraient également très sensibles. Les émanations de l’aura disparaîtraient à l’approche de la mort. Un homme qui parvenait naturellement à voir l’aura des gens se trouvait un jour dans l’ascenseur d’un immeuble, il constata avec terreur qu’aucun passager n’avait d’aura. Après avoir quitté l’ascenseur, ce dernier s’écrasa, tuant tous les passagers.

7 – Le Tao à la maison

Lao Tseu

De nombreuses religions en provenance d’Orient gagnent en popularité chez nous comme l’hindouisme dont est issu le Hatha Yoga, et surtout le bouddhisme avec ses différentes formes de méditation. Pourtant, souvent sans le savoir, nous faisons appel aux arts classiques d’une tout autre religion d’Asie, mais à des fins très particulières. C’est la Taoïsme. Le taoïsme est une des trois religions de la Chine, mais n’est pratiqué que par 20 millions de fidèles sur plus d’un milliard de population, ce qui est très peu. Il est fondé sur les enseignements de Lao Tseu qui a vécu il y a environ 2500 ans.

C’est une spiritualité très profonde, très mystique et extrêmement riche en enseignements de toutes sortes. C’est de là que vient le symbole appelé le Yin Yang. L’acupuncture, cette forme de médecine que l’on pratique de plus en plus au Québec, vient directement de l’enseignement taoïste. Cette mode toute récente concernant l’agencement de vos meubles et des matériaux dans votre maison et qu’on appelle le Feng Shui est directement importée des enseignements taoïstes. La gymnastique du tai-chi est taoïste, en fait, le principe même de tous les arts martiaux est le CHI et ont inspiré les fondateurs du judo, du jiujitsu et de l’aïkido ainsi que certaines formes de combat empruntant le style du karaté et du kung-fu : tous inspirés par le taoïsme. Un des plus beaux concepts du taoïsme est le Wu-Wei. Cela signifie non-agir. Tous les paresseux qui se traînent les pieds et ne veulent rien foutre vont être ravis, mais non, ce n’est pas d’eux dont il s’agit. Il indique de ne pas en faire plus que le client en demande, de ne pas trop calculer ses actions, de ne pas courir dans tous les sens pour accomplir sa destinée, de cesser de s’en faire avec tout ce qui peut être menaçant, le feu, les accidents en voiture, les voleurs, la covid, la 3e guerre mondiale, etc. Le Tao est en harmonie avec la nature et encore plus présent dans nos vies que jamais.

8 – La gnose

Ce terme très peu connu est un courant spirituel datant de plus de 2000 ans. En clair, il signifie que contrairement à toutes les religions, la gnose établit que l’homme a toutes les ressources en lui pour prendre contact avec le Divin sans l’intervention de prêtres ou de personne prétendant assurer le salut ainsi que d’églises ou de temples, quels qu’ils soient. La gnose est considérée comme une hérésie par l’Église Catholique. J’en parle longuement dans mon livre Les Religions c’est assez. Or, de plus en plus d’écrits jugés blasphémateurs par l’Église suggèrent que le Christ lui-même, en admettant son existence très douteuse, était gnostique et qu’il appartenait d’ailleurs à une secte de son époque : les Esséniens. Ce sont eux qui ont rédigé les célèbres Manuscrits de la Mer Morte découverts en 1947 au Moyen-Orient. Essentiellement, le gnostique est en paix avec lui-même, il sait qui il est, d’où il vient et trace son propre destin. Contrairement aux religions révélées, soit le christianisme, le judaïsme et l’Islam, la gnose ne fait aucun prosélytisme, c’est-à-dire aucun recrutement d’aucune sorte puisqu’il n’existe aucune église, aucun centre duquel il jaillit. Le gnostique estime que c’est de chaque homme que jaillit la Lumière et qu’aucun autre homme n’est autorisé à prétendre détenir une autre vérité que la sienne, et certes pas à l’imposer. Bien que cela ne soit pas une règle, car il n’en existe aucune, il est fréquent que le gnostique croie en la réincarnation puisqu’il est conscient de son imperfection et désireux d’assurer son élévation dans l’éternité et considère que ce grand projet ne peut être réalisé que d’une vie à l’autre. Le gnostique jette souvent un regard différent sur ce qui se passe dans le monde, considérant que la vie est un jeu, une sorte de comédie parfois dramatique, mais qu’en bout de piste, tous en ressortent grandis. On revient au Wu-Wei décrit plus haut. Il existe aussi une forme de gnose appelée la gnose anthropodéiste. Ce terme désigne ceux et celles qui croient que Dieu n’a pas créé le monde, mais qu’il est devenu le monde ! J’ai créé ce mot. Je suis un gnostique anthropodéiste depuis toujours.

9 – Eldorado

Depuis la conquête de Pizarro au Pérou, on parle de la Cité perdue de l’Eldorado. La conquête des Espagnols reposait sur la promesse de trouver de l’or, beaucoup d’or, ce qu’ils firent d’ailleurs en pillant et volant le métal jaune aux Aztèques et aux Incas. D’autres grands peuples sont tombés également, dont les Sinú (ou Zenú) et les Muisca. C’est d’ailleurs là, dans leur territoire de la Colombie, que fut fondée par des chercheurs d’or la ville de Bogota en 1539.

D’ailleurs, c’est du peuple Muisca que vient la légende de la Cité d’Or El Dorado. Depuis toujours se tenait au Lac Guatavita un rituel sacré, très complexe, lié de près à la grande Cité. Ce lac est parfaitement circulaire et abrité des vents par de hautes montagnes et ressemble à un miroir. C’est là que les anciens Muisca auraient jeté leur or à partir d’embarcations très lourdes et chargés de richesses. Le récit de ce rituel est très détaillé et il n’en fallut pas davantage pour que, très tôt, des aventuriers de partout viennent explorer le lac. L’un d’eux s’appelait Antonio de Sepulveda, un marchand de Bogota qui tenta de vider le lac en 1589. Mal lui en pris, des éboulis causèrent la mort de plusieurs ouvriers et la tentative fut abandonnée. Pourtant, on trouva de l’or qui fut expédié au Roi d’Espagne Philippe II. On crut alors que la Cité devait se cacher dans la vallée de l’Amazone. Sir Walter Raleigh tenta de la découvrir, mais échoua à deux reprises et fut condamné à mort par Elizabeth 1ère en 1618. Depuis, on ne cesse de chercher la Cité de l’Eldorado et d’autres tentatives de drainage furent effectuées dans le lac Guatavita. Mais on ne trouva plus une seule once d’or. El Dorado est-elle encore bien cachée sous la verdure massive de l’Amazone ou vit-elle dans l’imaginaire de quelques vénales pensées ?

10 – Le Sphinx, trois fois son âge

Les grandes Pyramides et le Sphinx ont été construits soit par des gens possédant une science très avancée, des extraterrestres ou des Atlantes. La question, aussi farfelue soit-elle, se pose, car le Sphinx serait beaucoup plus ancien que les Égyptiens eux-mêmes. Cette thèse est soutenue par l’égyptologue John Anthony West après qu’il eut observé que l’érosion du monument était verticale. Il s’étonna que le vent, cause admise de l’érosion des monuments d’Égypte, ait pu creuser de si profonds sillons verticaux sur la base du Sphinx. Le vent ne souffle pas de haut en bas, et si par occasion cela se produit, c’est très court. Il fit donc appel au géologue Robert Schoch de l’Université de Boston. Il lui montra les photos des sillons sans lui indiquer de quel monument il s’agissait. Le géologue n’hésita pas un instant : « C’est une érosion causée par l’eau », affirma le spécialiste. Lorsqu’il avisa Schoch qu’il s’agissait du Sphinx, les deux hommes se rendirent sur place et effectuèrent des analyses plus en profondeur. Par la suite, ils consultèrent des climatologistes. En 199l, les deux hommes convoquèrent une conférence de presse pour annoncer au monde que le Sphinx était âgé d’au moins 9 000 ans, soit 3 000 ans de plus que l’âge admis. La nouvelle souleva une tempête de protestations chez les égyptologues. Mais tous les géologues consultés par la suite admirent sans sourciller que l’érosion du Sphinx avait été causée par la pluie. Or, le Sahara n’a connu aucune période de pluie assez importante pour causer une telle érosion avant 7 000 ans avant Jésus Christ, donc 9 000 ans. Épouvantés, les historiens ont reculé devant l’idée de réécrire l’histoire. Le Sphinx aurait donc été construit à une époque où l’homme, en théorie, vivait encore dans des habitations de terre battue. Le fameux sphinx égyptien vient-il de livrer son plus grand secret ?

________________________________________________________________________________________________________________

Les Divergents

Certains groupes et personnages ont osé troubler l’ordre établi de leur époque par des théories hautement suspectes aux yeux du plus grand nombre. Leurs messages rejetés, occultés ou ridiculisés – revivent aujourd’hui dans ce livre. Découvrez des êtres d’exception qui ont bousculé les idées reçues pour dévoiler leur vérité. Lire la suite…

Disponible en librairies, en bibliothèques ou peut être commandé chez l’éditeur ou Amazon.


Hommage à ma Mer

Catégories :Métaphysique et paranormal

Mots-clés :, , , , , , , , , , ,

1 réponse

  1. Texte intéressant à lire. Merci

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :