Pourquoi s’étonner d’êtres extraterrestres farfelus ?

Une forte proportion de personnes sceptiques face à la phénoménologie extraterrestre l’est en raison de ce qu’ils appellent le côté farfelu de l’ufologie avec les Gris, les Grands Blonds, les Reptiliens et autres. C’est une réaction que je me permets de décrire comme enfantine à tout le moins basique de maternelle. Ils pensent que la vie intelligente ne peut qu’être humaine, blanche autant que possible, avec des yeux bleus et de beaux cheveux blonds.

Pourquoi y a-t-il sur Terre autant de formes de vies différentes depuis le tardigrade à la baleine bleue en passant par la musaraigne, le rhinocéros, l’ornithorynque et la foutue coquerelle sans parler de l’immortelle ou presque turritopsis nutricula.

La vie ici aussi est bizarre !

Personne ne peut définir la vie, car l’assemblage par l’homme de tout ce qui en fait partie ne crée pas la vie, il manque toujours quelque chose. Ce qu’on sait par contre c’est qu’elle est incroyablement tenace, originale, surprenante et exigeante. On ne sait pas non plus quelle part a joué la chute de météorites ou de comètes glacées sur la Terre il y a des milliards d’années en épandant de minuscules formes de vie.

La NASA prétend que malgré toutes les précautions infinies qui ont été prises par les techniciens en salles blanches, il est possible que des virus ou des bactéries terrestres aient pu survivre aux envois de matériel sur Mars pour se répandre. Alors si un objet de la taille d’un micro-onde peut infester une planète, imaginez ce que des millions de météorites ont pu causer comme effets sur terre ou dans l’eau.

On a aussi découvert des extrêmophiles, c’est-à-dire des formes de vie minuscules capables de vivre à des températures qui tueraient tout le reste et capables de vivre dans l’acide voire l’arsenic et autres substances toxiques. La vie est tough ou résiliente si vous tenez au bon terme.

Cela dit, pour plusieurs c’est une surprise d’apprendre que jusqu’à ce jour tout ce qui vit actuellement, qu’il s’agisse d’une moisissure ou d’un éléphant, et tout ce qui a vécu bien avant, de l’anémone au tyrannosaure, ont tous une particule de base en commun qui les constitue, sans aucune exception : le carbone. Bien que la vie soit un mystère qui va au-delà d’un simple assemblage de protéines et de lipides, le carbone est l’une des deux particules connues capable de les structurer pour en arriver au vivant.

C’est grâce au carbone, que la plante absorbe sous forme de bioxyde de carbone avec l’oxygène, que se forme la photosynthèse qui entre dans la chaîne alimentaire pour produire à nouveau du bioxyde de carbone. La boucle est bouclée.

L’autre atome qui pourrait jouer ce rôle est le silicium, mais pas sur Terre. Il faudrait qu’il existe dans un environnement qui lui permettrait de jouer ce rôle et c’est là que le mot extraterrestre entre en jeu. Les scientifiques par contre sont sceptiques, car le silicium qui ressemble énormément au carbone serait trop fragile. Mais c’est ici que je fais intervenir la phrase magique qui revient dès qu’il est question pour la science de prétendre que tel phénomène qui était impossible est maintenant devenu possible : « Contrairement à ce que nous pensions depuis toujours… » Et là l’impossible devient tout à fait réel.

C’est déjà fait d’ailleurs. Des chimistes de Caltech en 2016 ont réussi à transformer une bactérie capable de produire des molécules contenant du silicium alors qu’aucune n’est capable de le faire naturellement sur notre planète. Le contenu de leur expérience a été rapporté dans la revue Science du 25 novembre 2016. Cela donne raison au célèbre professeur Carl Sagan, le fondateur de l’exobiologie, à l’effet qu’il était chauvin de prétendre que le carbone soit la seule possibilité de retrouver des formes de vie.

Mais il y autre chose à considérer

Si la vie est uniforme, c’est-à-dire vivre, se nourrir, mûrir, se reproduire, vieillir et mourir ce qui est vrai pour la bactérie, le pissenlit, la fourmi, l’homme et le tigre du Bengale, comment se fait-il qu’il existe autant de disparités dans les manifestations de la vie ? Pourquoi l’humain est -il si différent du dauphin et ce dernier si différent de l’orang-outan ? La réponse à cela est évidemment l’environnement, mais aussi l’évolution. Alors imaginez dans ce cas les différentes formes de vie qu’on pourrait retrouver sur des mondes dont l’environnement est tout autre que celui de la Terre et sans doute toxique, mais parfaitement adapté à d’autres formes de vie.

Cette fois, il faut remercier un autre grand esprit créatif, soit celui de James Cameron avec son film Avatar. Un film ne prouve rien, dois-je le répéter, c’est de la fiction, mais il peut illustrer une hypothèse ou une théorie. Cameron dans son livre Avatar publié chez Michel Lafon décrit ce monde imaginé de manière absolument délicieuse, on y croirait. Malheureusement, il ne va pas jusqu’à nous dire si la vie sur Pandora est basée sur le carbone ou autre, mais qu’importe, il démontre qu’un environnement totalement déséquilibré par rapport au nôtre va produire des formes de vie indigènes qui vont aussitôt s’adapter à leur propre environnement. Sur Pandora les humains meurent en quelques secondes s’ils n’ont pas un module respiratoire, mais ce monde explose de vie et de vie intelligente qui plus est et oui, je sais, c’est un film, mais il est plausible. C’est la raison pour laquelle les zèbres ont des rayures, tout comme le tigre, mais pas le léopard qui, lui, est tacheté alors que le lion n’a rien de tout cela. Les cornes du buffle ne servent qu’aux buffles tout comme les défenses de l’éléphant. Le crocodile attrape sa proie dans sa gueule monstrueuse et la fait pivoter violemment à plusieurs reprises sous l’eau pour la noyer. Le croco est stupide, mais il sait ce que noyer veut dire. Selon sa taille, la proie sera avalée goulûment ou déchiquetée à coups de dents, mais les oiseaux, incluant les plus prédateurs, n’ont pas de dents, mais un bec qui fait aussi des ravages dans la chair. Pourquoi entre autres les oiseaux n’ont pas de dents nous oblige à trouver la réponse il y a des millions d’années, car le temps est un élément vital dans l’évolution. Certains animaux n’ont presque pas changé sinon pour la taille, dont le requin. On parle du Mégalodon, son ancêtre qui pouvait avaler tout rond un grand blanc de 10 mètres.

On dit que sur un monde sombre, parce qu’éloigné de son soleil et dans une sorte de nuit permanente, le sens de la vue serait alors absent et remplacé par une acuité tout autre, dont l’écholocation, de sorte que si des êtres intelligents (l’intelligence trouve toujours son chemin via l’espèce dominante) existent là-bas, ils pourraient très bien ressembler à nos dauphins dont l’encéphale typique est la cause de cette capacité d’émettre des ondes sonores, tout comme le cachalot. Ou alors cette obscurité pourrait produire des yeux énormes et dotés de bâtonnets et de cônes beaucoup plus nombreux que l’œil humain qui déjà possède 120 millions de bâtonnets et 6 millions de cônes. La vision nocturne, la vision des couleurs, la résolution de ce qu’on voit sont tous des facteurs qui seraient totalement différents chez ces êtres.

Les experts de la NASA ont déjà reconnu que lorsque des humains iront sur Mars et qu’ils se seront habitués à cet environnement, leur progéniture dans deux ou trois générations ne pourrait plus revenir sur Terre, incapable de soutenir la gravité et l’atmosphère trop lourde de notre planète versus Mars leur monde d’origine.

On peut spéculer aussi longtemps qu’on le veut, mais évidemment, ce sont tous des pourraient parce que l’évolution qui s’adapte n’annonce jamais ses couleurs et tout devient possible.

En ufologie, on apprend rapidement qu’il y a eu observation de créatures extrêmement variées bien au-delà du reptilien dont l’espèce dominante aurait pu être un varan par exemple, bien au-delà du petit Gris, qui selon certains serait un humain devenu cavernicole si on se base sur sa constitution très particulière, tout comme d’autres êtres pourraient être aquatiques ou amphibiens.

Avec la vie, TOUT EST POSSIBLE, MÊME L’IMPOSSIBLE, mais si pour nous l’impossible n’est que farfelu alors tant pis, c’est dommage pour nous parce que l’impossible, lui, n’attend pas notre avis pour exister !

_________________________________________________________________________________________________________________


Comment aborder le sujet des ovnis avec des jeunes

Catégories :Articles - Ufologie profonde

Mots-clés :, , , , , , , , , ,

1 réponse

  1. Tout à fait logique !
    Merci .

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :