Allons-y pour la gloire, parlons d’intrication quantique et de gâteaux.

L’autre jour au cours d’une entrevue radiophonique, j’ai utilisé les mots intrication quantique. C’était stupide de ma part. La mécanique quantique est la science la plus éloignée du monde des préoccupations du quotidien de monsieur et madame tout le monde. Pire encore, l’intrication quantique est la question quantique non seulement la plus difficile à comprendre, mais la plus difficile à expliquer. Alors pourquoi diable suis-je allé me fourrer dans ce pétrin, je me le demande encore.

Mais ce n’est pas de ma faute. Les physiciens quantiques sont comme les moines copistes des siècles derniers. Ils sont enfermés, ils ne se tiennent avec personne d’autre que leurs proches et leurs collègues, ils publient leurs travaux dans des magazines hermétiques avec des trucs et des symboles que je n’ai même pas sur mon clavier et que ceci soit très clair, ils ne font AUCUN EFFORT de vulgarisation. AUCUN ! Étudiez la science quantique ou foutez-nous la paix disent-ils !

Un ami à qui j’ai demandé de l’aide m’a recommandé de lire l’article de Frank Wilczek, colauréat du prix Nobel de physique de 2004 pour la découverte de la liberté asymptotique dans la théorie de l’interaction forte. Et ben voilà, je me disais que je finirais par comprendre : NE JAMAIS DEMANDER D’AIDE À UN COMPLICE DE SAVANTS TORDUS AUSSI TORDU QU’EUX !

Moi, je suis un champion de la vulgarisation. Je ne pars pas du sommet pour aller évangéliser les masses informes au bas de la pyramide du Savoir. Je pars d’en bas et je me gratte un chemin jusqu’au point le plus élevé possible, tout en comprenant ce que je fais, sans quoi, je redescends et je recommence ailleurs. Alors, commençons par le commencement. Que veulent dire, séparément, les mots intrication et l’autre qui évoque des chants de Noël.

Quantique au départ

Même les dictionnaires ne collaborent pas. On nous dit que quantique dérive de la théorie des quantas. Tu demandes alors c’est quoi des quantas, on te dit que ce sont des unités de variation d’une grandeur physique et qu’ils font partie de la physique qui traite des objets quantiques. Je jubile ! Vous savez quoi, je pense que même les pontifes de l’Académie française, portant l’épée et drapée dans leur costume bleu foncé brodé de rameaux d’olivier, ne savent foutrement rien de ce que veut dire quantique. « Foutrement », ça, ils savent !

Continuons…

Intrication, déjà est plus simple. Ça veut dire foutrement entremêlé. Pour rendre cela simple, le dictionnaire nous donne un exemple de phrase qui, je suis certain, va vous rappeler de précieux souvenirs d’enfance : « État de ce qui est enchevêtré comme dans « …l’association à Limnanthemum ne saurait être étroitement délimitée car elle présente des intrications avec les groupements ripicoles sur sa marge externe et, sur sa marge interne, avec des associations flottantes… » Désespérant ! Là, il faut remercier, et ne riez pas c’est son foutu nom, Gustave Malcuit pour son ouvrage que je cherche désespérément pour le dévorer tout cru  par un dimanche pluvieux d’automne en Roumanie.: Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929. Il y a quelqu’un chez Larousse qui doit se marrer, tout heureux qu’il est parce que cette journée-là, il s’est juré de faire chier toute une palette de lecteurs imbéciles.

Donc au moins, on sait qu’intrication veut dire entremêlée. Oui, les maudits fils avec des lumières de Noël qu’on ressort chaque année et qui ont eu un an pour se rouler, s’entrebrouter, s’intriquer comme des maudits fils énarvés et qu’on n’arrive jamais à démêler. Ce n’est pas quantique comme problème, mais ça c’est de l’intrication.

On avance. Pas vite, mais on avance.

Revenons à notre prix Nobel, Franz Wilczek. Dans son article, que je tenais à bout de bras pour éviter d’être contaminé par une surabondance de données sans doute virales, ne le vois-je point me dire que pour parler d’intrication, on peut parler de gâteaux. J’aime ça moi les gâteaux !

Il écrit : « L’intrication se produit dans des situations où nous avons une connaissance partielle sur l’état de 2 systèmes. Par exemple, nos systèmes peuvent être 2 objets qu’on appellera C-ons. Le C signifie classique, mais vous pouvez remplacer le C-ons par des gâteaux. » Oui, c’est bien, parce que des C-ons, moi, je trouve que ça fait con en fait, et c’est pas quantique d’être con, alors on va garder les gâteaux et tant pis pour les C-ons. « Nos gâteaux existent en 2 formes, carré et circulaire que nous identifions comme leurs états possibles. Et donc, nous avons 4 états possible (carré, carré),(carré, cercle), (cercle, carré) et (cercle, cercle). Nous disons que les gâteaux sont indépendants si la connaissance de l’état de l’un d’entre eux ne donne pas d’information utile sur l’état de l’autre. Si le premier gâteau est un carré, alors nous ignorons la forme du second. De même, la forme du second ne révèle rien concernant la forme du premier ».

Il en met du temps pour nous dire que madame Jolicoeur a fait un gâteau chez elle pendant que, simultanément, Madame Vadeboncoeur a fait le sien. Madame Jolicoeur peut avoir fait le sien en rond ou carré, on ne le sait pas. Il en va de même pour l’autre dame qui elle aussi ignore la forme de gâteau de sa voisine. On peut avoir deux gâteaux carrés, un carré et l’autre en cercle et inversement et finalement, deux gâteaux ronds. Ça, JE COMPRENDS. L’article continue et il fout tout en l’air avec des explications trempées dans le jargon et ça colle aux dents et paf, il n’y a plus rien à comprendre. Mais je garde les gâteaux ! Ils vont demeurer utiles.

Et il en rajoute !

« Les gâteaux n’ont pas leurs places dans les systèmes quantiques, mais l’intrication entre des systèmes quantiques se produit naturellement, par exemple, après la collision de particules. En pratique, des états non intriqués (indépendants) sont des exceptions rares dans le monde quantique. Quelle que soit l’interaction des systèmes, cette interaction crée des corrélations entre eux. » Ils sont où les gâteaux ? Partis et remplacés par des particules dont il n’a jamais dit un mot avant. Foutus scientifiques ! J’ai abandonné le prix Nobel. Je me suis rabattu sur un texte que j’avais déjà écrit auparavant et ça m’est revenu.

Alain Aspect

Alain Aspect, physicien français

Le gars s’appelle Alain Aspect. Bizarre ça aussi comme nom, mais bon, c’est quand même mieux que Malcuit ! Il semble que, de toutes les expériences pour expliquer l’intrication quantique, c’est la meilleure. Ce n’est pas récent, ça date de 1982.

Je vais mettre ça hyper facile. Il aurait découvert deux femmes qui faisaient des gâteaux, comme tout à l’heure, chacune de leur côté ignorant ce que l’autre fait. Or voilà que sans se parler au téléphone évidemment, sans s’envoyer des signaux de fumée, sans rien faire d’autre que des gâteaux, dès l’instant où elles ont commencé, comme par exemple en choisissant un moule carré ou rond pour le gâteau, elles ont choisi le même, et par la suite, elles se sont mises à poser exactement les mêmes gestes. Je m’arrête. Vous savez que lorsqu’on fait un gâteau, on peut procéder de différentes manières. Sortir tous les ingrédients au début ou les sortir un à un au besoin. On peut s’occuper des ingrédients secs d’abord et humides ensuite ou l’inverse. On peut le faire au chocolat ou à la vanille, on peut faire un étage séparé par de la confiture ou du glaçage ou ne pas le faire. Or voilà que madame Jolicoeur et madame Vadeboncoeur, qui ne se connaissent pas, ne se sont jamais parlées font exactement la même chose en même temps, à la même vitesse et tout. On pourrait les filmer et projeter le tout sur un seul écran, la synchronicité des gestes serait la même.

Remplacez les gâteaux par des électrons et c’est la même chose. C’est proprement hallucinant. Les électrons ne sont pas des êtres vivants, mais des particules de matière, de minuscules et invisibles grains de sable en somme, or ces choses-là ne communiquent pas ensemble. Je suis rassuré de savoir que, jusqu’à ce jour, aucune explication rationnelle n’existe et tout le monde est dans la confusion la plus absolue, mais l’expérience est néanmoins bien réelle et reconnue par les scientifiques du milieu. Mon prof du Secondaire à l’époque se serait esclaffé si je lui avais posé la question : « Monsieur est-ce que les particules élémentaires communiquent entre elles ? » Avec son grand sourire du Joker dans Batman, il aurait ridiculisé le tout : « Ouais, ils ont même un compte à Bell Canada, Casault. »

On peut imaginer deux aquariums contenants chacun un poisson filmé, mais entre les deux aquariums, il existe un paravent, ce qui fait que le poisson de l’aquarium numéro 1 ne voit pas le poisson de l’aquarium numéro 2 et inversement. Et là, en projetant sur un seul écran les deux vidéos, on voit chacun des poissons être le miroir de l’autre, comme s’ils communiquaient entre eux pour effectuer le même mouvement. Ne connaissant pas la situation réelle, on peut raisonnablement en tirer la conclusion que les deux poissons communiquent instantanément entre eux pour altérer leur comportement, modifier leur position. Mais les poissons font-ils cela ? Sans se voir l’un et l’autre ? Pour cette expérience inventée, comme celle des gâteaux ?

Dans le cas de l’expérience bien réelle d’Aspect, ce sont des électrons tout bêtes, des corps physiques d’une simplicité atomique. Selon Alain Aspect, si les électrons peuvent communiquer à une vitesse supérieure à celle de la lumière, c’est qu’il existe un échange d’information en dehors de tout processus physique connu, ce qui déjà est très audacieux puisqu’en français ce qui est au-delà de, se traduit par méta ! Déjà là, je pourrais abuser et dire qu’Aspect a fait de la métaphysique, mais je ne le ferai pas.

De plus, David Böhm, un physicien américain, va plus loin encore et affirme que ce qui a été observé n’est pas une communication plus rapide que la lumière, mais la preuve qu’il y a un niveau de réalité plus profond que celui que nous sommes capables de percevoir. BOUM ! Alors là, quand je lis niveau de réalité plus profond, le terme métaphysique prend toute sa place, et côté délire mystique, ce n’est pas la tasse de thé des Quantiques. 

Revenons maintenant aux récits des auteures que l’on retrouve dans la Collection Ufologie Profonde, m’incluant d’ailleurs, pas comme auteure, mais comme auteur. Je ne veux pas genrer outre mesure, mais y a toujours ben des limites 😉. Bref, des êtres désincorporés, qui se manifestent et deviennent audibles et visibles à des gens totalement éveillés, sont, à mon avis, ce qui représentent la plus fréquente réalité dite paranormale (incluant ufologique).

S’il existe une forme de vie qui serait un peu comme des ondes radio et des ondes télé qu’on ne voit pas, mais qui existent, ces êtres seraient donc des créatures énergétiques, non ? Est-il possible que des êtres humains soient dotés d’une capacité innée ou, qui sait, acquise à la suite d’un incident ou d’une manipulation physique quelconque et que cette capacité soit celle de voir, entendre et capter ces énergies ? Il faut les lire ces gens-là quand ils racontent comment, soudainement et brusquement, ils se retrouvent avec des gens qu’ils connaissent fort bien ou très souvent qu’ils ne connaissent pas et qui sont morts depuis quelque temps ou il y a des années. Est-ce que cela veut donc dire qu’il existe une autre réalité ? Pas surnaturelle, comme on le dit souvent because la religion, mais simplement impossible à détecter et à mesurer avec nos technologies de mesures, sans aucun doute non adaptées à ces énergies ? Si nous avions eu la sagesse d’étudier plus en avant l’équipement mis au point par les Kirlian en 1939, qui sait ce que nous pourrions voir ?

Avant de hurler des imprécations sur ma personne parce que je véhicule des concepts de malades mentaux, des hérésies condamnées depuis toujours par la science classique ( et bornée faut-il le dire ) je vais vous demander de répondre à ça. Si ce concept d’êtres énergétiques vivant dans un espace-temps décalé par rapport au nôtre est si cinglé, comment expliquez-vous que des électrons se parlent à distance, parfois à des milliers de kilomètres, et effectuent les mêmes manœuvres ? Quand vous l’aurez expliqué celle-là, ce qui au passage ne l’est toujours pas par le consensus scientifique, vous viendrez me faire la leçon !

_______________________________________________________________________________________________________________

Cinquante ans d’ufologie profonde – volume 1

Je vous invite à vous installer avec moi dans un salon feutré autour d’une bonne bouteille de rouge. J’ai à dire sur le caractère impossible de ma vie, et sans eau dans mon vin, parce que j’ai le vin jaseur sur des mystères vécus et… carrément impensables, alors que pendant tout ce temps j’animais des émissions d’Affaires publiques pour la radio. Ce n’est pas une autobiographie, c’est une invitation à explorer un monde qui existe, mais auquel presque personne ne croit, alors bienvenue dans mon autre univers.

À paraître en octobre 2021.



Catégories :Métaphysique et paranormal

Mots-clés :, , , , , , , ,

5 réponses

  1. SALUT,

    Ouff, bien sur , je relis ce soir avec un bon rémi martin, Jamais oser dire  que la physique quantique  était du chinois pour moi, tant de personne la vente que j ai juste garder mes oreilles ouvertes Pour ton bouquin fin octobre à Québec vas-t-on l’ avoir en même temps à ùMontréal Merci encore pour ton envoie

    Aimé par 1 personne

  2. Massimo Téodorani a écrit un livre très intéressant sur l’intrication quantique et Russell Targ «l’esprit sans limites» a fait des expériences qui sont, à mon avis, une forme de vulgarisation de ce phénomène. Je crois que vous connaissez cet auteur (Targ) car je l’avais noté suite à l’écoute d’une de vos émissions à la radio. Pour ma part je perçois cela similaire à la télépathie entre humains mais pour les particules d’énergie vibratoire et de fréquences correspondantes.

    Merci pour vos réflexions!

    J’aime

  3. Oh la la ! Eh! pourquoi pas. Il y a plein de choses que nous ne comprenons pas et que nous ne comprendrons jamais à fond parce que nous sommes fait de matière. Nous pouvons les imaginer et Tenter de les comparer. Seulement, nous sommes aussi esprit. Alors…

    J’aime

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :