La plus grande rencontre spectrale de toute l’histoire de l’humanité !

Au début du siècle dernier, des dizaines de milliers de personnes se sont réunies au même endroit, attirées par 3 témoins qui disaient être en relation étroite avec un être provenant de l’espace ; un être défini comme étant d’une merveilleuse beauté et d’une grande bonté. Devant les yeux ébahis de ces milliers de gens, du zénith apparut soudain un immense objet très lumineux circonvolutionnaire. L’objet sema presque la panique. Puis, il laissa tomber une matière palpable qui, après quelques instants, a disparu sans laisser ni odeur ni traces. Le globe devait disparaître en se confondant avec le soleil. À son tour, l’être disparu aux yeux des trois témoins, les seuls à pouvoir profiter de sa présence.

Ce fantastique témoignage fit le tour du monde; des dizaines de milliers de personnes étaient devenues témoins du phénomène le plus extraordinaire jamais produit devant autant de gens. Ce rapport pour le moins bouleversant situe l’événement le 13 octobre 1917 dans les pâturages qui entourent la petite localité de Fatima au Portugal.

Page 353 de l’édition du 29 octobre 1917 du Ilustração Portugueza, montrant la foule regardant le « miracle du soleil » durant « l’apparition à Fátima » du 13 octobre. Article publié par Avelino d’Almeida.

Lorsque j’ai écrit ces lignes, j’avais à peine 22 ans, c’était mon premier livre à compte d’auteur, Manifeste pour l’avenir, le premier jalon d’une mission qui allait se poursuivre jusqu’à ce jour et qui ne semble jamais vouloir se terminer. Je commençais déjà à renier les fondements de l’enseignement religieux et j’étais isolé dans ce combat. Plusieurs des membres de mon organisation de l’époque, la SRPM, m’avaient prévenu que si je m’attaquais à Fatima de la sorte, j’aurais des ennuis avec l’Église, mais également avec plusieurs de nos membres. À Québec même, mon père organisait, avec ses amis de la Maison Jésus-Ouvrier, les défilés pour la Fête-Dieu, avec le Reposoir, sorte de montage en carton-pâte un peu disneyen érigé là où les gens s’arrêtaient pour prier. J’étais certain qu’il allait m’étriper ! On ne s’attaque pas à la BVM (Bienheureuse Vierge Marie).

Je n’avais encore rien lu d’intéressant sur Fatima qui soulevait l’hypothèse d’un vaisseau et d’une forme d’intelligence supérieure. Rien. Tout le monde savait bien que le Soleil ne peut quand même pas se mettre à danser la samba dans le ciel, c’est stupide même de le suggérer, ne serait-ce qu’en ce 13 octobre 1917 si cela s’était produit, c’est la moitié de la planète qui en aurait été témoin et 3 secondes après, il n’y aurait plus eu de planète, ni de système solaire, alors basta les miracles. Je croyais que c’était simplement une question de gros bon sens crânien de sapiens légèrement éduqué que de le faire. Quand près de 80 000 personnes sont témoins, ils ont beau ne pas tous êtres des rockets scientists, ils ne l’ont pas imaginé ce disque lumineux qui sautillait sur place dans le ciel.

Outre mon mentor de l’époque, le doc Labrie, je n’avais personne avec qui échanger sur ce sujet, même Robert Charroux, cet illustre auteur des années 1960 avec qui je correspondais, ne semblait pas intéressé. Puis en 1978, survint Paul Misraki avec son livre, Des signes dans le ciel. Enfin, quelque d’autre posait la question si l’objet de Fatima n’était pas un ovni. Après quoi, Fatima devint une grosse affaire, mais bien honnêtement les livres abordant Fatima sous cet angle ne sont pas légion. Un livre des plus remarquables est sans contredit celui de Gilles Pinon, Fatima, un ovni pas comme les autres ? L’intelligence de cet homme est déroutante. Personne ne peut rester indifférent. Puis, mon collègue français, Daniel Robin, inspiré lui également par Pinon a sorti en 2015 chez Québec-Livres un bouquin, Fatima, le quatrième secret, étonnant et détonnant, allant jusqu’à mettre en évidence qu’il s’agit de « la plus grande entreprise de communication entre l’humanité et les extraterrestres. » Et il a raison ! J’aurais peut-être formulé cela autrement comme étant la plus grande entreprise de communication entre le monde moderne et les extraterrestres. L’Antiquité et les civilisations disparues ayant certes eu leur quota de rencontres massives pour générer les récits mythologiques ahurissants que nous connaissons, mais Daniel Robin sait cela, il a coupé court ne voulant pas s’embarquer sur cette thématique dans ce livre et il a bien agi.

Les trois petits bergers de Fátima : Lucie, François et Jacinthe

Les trois enfants de Fatima, Lucie, Jacinthe et François, sont des témoins d’une rencontre spectrale le 13 mai 1917, ces dernières ayant été très nombreuses et auraient commencé bien avant 1917, soit deux ans plus tôt alors que des sensitifs auraient même fait publier des textes dans plusieurs journaux pour annoncer l’événement.

Pinon et Robin, et j’appuie leurs dires sans aucune réserve, sont d’accords à prétendre que Fatima est une espèce de pièce cosmique dans laquelle les acteurs jouent des rôles très religieux connus afin de faire passer un message très précis et qui se devait d’être graduellement compris par l’humanité de 1917 à nos jours. Ils ont inventé les apparitions mariales sachant que la Sainte Vierge, aimée de tous, la maman du petit Jésus, celle qui s’arrache le cœur à empêcher le bras vengeur de son Fils de tous les abattre à cause de son courroux constant, est la candidate idéale à personnifier pour tenter de les faire grandir quelque peu, d’où cette série de rencontres à répétition calculée, soit le 13 de chaque mois et auxquelles de plus en plus de monde se rendent. Même le 13 août 1917, devant des milliers de gens, les signes habituels précédant l’apparition, qui elle demeure visible qu’aux enfants, se produisent malgré que Jacinthe, François et Lucie soient en prison ce jour-là. C’est comme une machine qui poursuit son programme comme prévu même dans une salle vide. Déjà c’est suspect.

En 1917, les Portugais étaient d’orthodoxes catholiques et avec le communisme athéiste naissant, ces deux-là formaient un couple orageux avec le résultat que les deux camps s’affrontaient dans cette affaire, avec comme otages au centre, les enfants. Les deux partis étaient convaincus qu’ils n’étaient que de sales petits menteurs. L’un parce que la Vierge a autre chose à faire que de parler à des enfants illettrés et l’autre parce que de toute façon, la Vierge, son fils et Dieu ne sont que des fantasmes à l’opium comme Marx leur propre saint homme l’avait déjà dit. On les a donc enfermés pour les obliger à reconnaître leur mensonge, comme quoi au début du 20e siècle au Portugal la religion était affaire d’État.

La question du jour maintenant. Qu’est-ce que les êtres ont fait aux enfants pour que ceux-ci soient les seuls à voir l’entité sur son arbre perchée et tenant dans ses mains un calice ? Moins d’un an avant les événements majeurs avec la Vierge, soit à l’automne 1916, une autre entité, que les enfants décrivent comme un enfant lui-même et que l’Église s’empresse d’appeler un Ange venu du Ciel leur aurait fait boire quelque chose, et mon argent n’est pas sur du vin de messe. De plus, Lucie aurait communié, donc elle aurait absorbé quelque chose de solide et mon argent n’est pas sur une hostie plate. Dépouillée de son caractère religieux ostentatoire et ostracisant, cette affaire nous fait se demander si ces substances n’avaient précisément pas pour but de modifier leur état de conscience, à la fois en s’attaquant au système endocrinien et au système nerveux. Robin le pense. Il souligne à maintes reprises qu’après les apparitions, les enfants se sentaient complètement à côté de la plaque. Ils étaient incapables de faire quoi que ce soit, de se concentrer, parfois même de marcher droit. Les effets d’une sortie extracorporelle ? D’une très profonde méditation ?

Lors de mon passage à l’Institut de Métaphysique Appliquée entre 1978 et 1982 nous avions une période de méditation obligatoire de deux heures entre 14h et 16 heures. Pas au début, mais après quelques semaines, je peux témoigner avoir vécu des absences. Ces périodes de méditation nous faisaient passer de l’alpha à des émissions beaucoup plus lentes frôlant le thêta. On n’en sort pas tout guilleret prêts à en découdre avec le quotidien, vous n’êtes pas tout à fait fonctionnel, non je corrige, votre corps peut fonctionner normalement un peu comme s’il était sur le pilote automatique, mais votre identité en est encore détachée et comme on dit chez nous, vous n’êtes pas là. Également, dans son livre à venir, Ce sont les miens, qui fera partie de la collection Ufologie profonde, Michelle raconte qu’à six ans après son enlèvement et son expérience terminée, elle se retrouve dans l’incapacité de fonctionner. Je rappelle que dans cette affaire, Michelle est enlevée par des êtres qu’elle décrit comme diaphanes, avec une peau électrique comme des courants de dentelle. Des êtres inachevés, dira une autre personne dans un cas similaire qui, au retour de son expérience, se révèle quasi incapable de marcher. Elle est dans les vapes et ne reconnaît ni ses parents ni la nourriture dans son assiette.

Illustration de la Vierge par les témoins. Fatima, le quatrième secret, Daniel Robin

Pour ce qui est de l’apparition de Fatima, l’entité dite mariale était probablement physiquement présente, car certaines informations fournies par les enfants indiquent qu’il y avait comme un poids agissant sur le buisson et que ce dernier était affecté par la présence, mais aussi par le départ de l’entité. C’est donc un phénomène physique et non pas une apparition de type onirique. Elle était bel et bien là l’entité, en rencontre spectrale, même si sur les milliers de gens sur place en ce 13 octobre, trois seulement voyaient nettement ce qu’elle était. D’ailleurs la description qu’ils en font, à partir du texte rédigé par Lucie dans sa langue maternelle, le portugais, nous donne cette image.

Par contre, une fois que l’Église ait corrigé cette version, on se retrouve avec la fameuse Vierge chrétienne avec son petit voile bleu, sa couronne de travers et son chapelet dans les mains.

Un point sur lequel je ne partage pas du tout l’avis de Daniel Robin est le fait que selon son appréciation, l’apparition de Fatima est la seule ayant été générée par des extraterrestres alors que les autres apparitions de la Sainte Vierge, survenues à d’autres endroits dans le monde, sont probablement authentiques. Je cite en page 12 ce qu’il en dit :

« En l’état actuel de nos connaissances, je pense que nous ne pouvons pas réduire toutes les apparitions mariales à des manifestations d’une intelligence exogène de type extraterrestre. Céder à cette tentation serait selon moi, aller un peu vite en besogne ».

Ah non, moi je cède mon ami, moi je cède. Je crois qu’après 2000 ans de mensonges honteux et repassés mille fois par jour, ce n’est pas allé vite en besogne que de barrer la route à cette pénible religiosité et de la dévêtir de ces ornements pour la mettre à nue et bien voir ce qu’elle a toujours caché celle-là et pourquoi. Mais bon chacun ses croyances.

Je conclus que les apparitions mariales sans aucune exception, sont le fruit d’une stratégie d’ensemble visant à modifier le comportement humain des époques au cours desquelles elles sont survenues, incluant celles plus récentes de Medjugorje en Bosnie-Herzégovine et de Zeitun en Égypte, en admettant qu’elles soient authentiques. Ces rencontres sans aucune exception ont toutes un caractère spectral induit et généré par des êtres en devoir à ce moment, soit directement sur place ou comme le suggère aussi Daniel peut-être même lors d’une RR-4 à bord de leur vaisseau. Ça ne les a jamais gênés de le faire croyez-moi.

_______________________________________________________________________________________________________________


Comment aborder le sujet des ovnis avec des jeunes

Catégories :Articles - Ufologie profonde

Mots-clés :, , , , , , , , , , , ,

5 réponses

  1. Hypothese interessante et deja evoquee dans les annees 70, Certains ont aussi pense a un bricolage de l’eglise catholique pour contrer les progres de l’atheisme et la baisse de la pratique religieuse. Cependant cette option ne me partait pas expliquer la « dance du soleil ». Certains ont bien sur parle d’hallucination collective, vieille explication recurrente des qu’une foule est temoins de quelque chose de « surnaturel ». La encore je ne partage pas cette idee. Par contre et aussi pour d’autres apparitions, une operation montee par une intelligence qui vient d’ailleurs et qui prendrait appui sur les croyances et la culture des temoins me semble etre une explication parfaitement recevable. Bien sur, ca va gener dans certains cenacles: l’eglise , les rationalistes et d’une maniere generale tout ce petit monde qui voit rouge des qu’on envisage serieusement des tentatives de contacts par des entites qui viennent d’un autre systeme, voire d’une autre dimension. Merci pour ces dossiers qui tranchent avec le reste de ce qui nous inonde en general su le Web. Cordiales salutations.

    Aimé par 1 personne

    • Les hallucinations collectives sont un mythe, pour qu’elles existent , si elle insiste la science devra d’abord prouver que plusieurs cerveaux peuvent communiquer entre eux, communiquer une même image en mouvement. L’autre nom pour ça c,est télépathie ! Ils l’ont dans l’os.

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Jean,tu sais que je t’aime d’amour fillial et c’est sur cette base que je me permet de te corriger (si peu), mais voici : l’événement de Fatima n’a pas eu lieu au début du siècle, mais au début du siècle dernier 🙂

    Via

    Bruno Lefebvre

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :