LE CONSENSUS SCIENTIFIQUE EST-IL SUFFISANT POUR TRANCHER ?

On pourrait aussi se demander si le consensus scientifique est comparable au statut d’infaillibilité papale qui bien sûr n’est qu’une fraude datant du 18 juillet 1870. Il va de soi qu’il en de même du consensus scientifique : il n’est pas infaillible.

Le consensus scientifique n’est pas une mince affaire, une rumeur, une expression comme une manière de dire les choses, mais une institution en béton. Quand le consensus scientifique affirme et dicte, nous, humbles petits humains récipiendaires du précieux Savoir, devons nous taire, nous signer et qu’ainsi soit-il !

Le parallèle entre les diktats religieux et les diktats scientifiques est très visible ; ces deux-là étant de la même eau. La seule différence est que si pour un, nous commettons un péché grave, pour l’autre, nous ne faisons qu’étaler notre ignorance voire notre peu d’intelligence. Un péché ça aussi !

L’ignorance est effectivement un problème

C’est vrai. Je crois que les Occidentaux, particulièrement ceux de l’Amérique du Nord qui se piquent d’être les Maîtres du monde parce qu’ils ont inventé le Hummer, sont des gens dotés d’une intelligence plutôt moyenne, mais qui ne reflète pas leur ignorance encore plus abyssale que leur capacité de comprendre. Ils ne sont pas sots, ils sont inscients.

L’homme moderne n’a aucune excuse, à moins d’avoir grandi dans un milieu extrêmement pauvre l’obligeant à consacrer toutes ses énergies à sa seule survie. Autrement et depuis fort longtemps, nous disposons d’écoles, de collèges, d’universités, nous disposons de librairies, de bibliothèques et depuis 25 ans d’Internet qui ouvre des portes immenses sur l’ensemble du Savoir. Être ignorant, inscient, ne rien savoir sur rien en 2021 est la simple démonstration d’une paresse intellectuelle flagrante.

Lire, se documenter par soi-même, s’enrichir de connaissances par qu’importe le moyen qu’on utilise est un devoir absolu dès l’instant qu’on veut avoir son mot à dire dans le monde dans lequel nous évoluons. Malheureusement, une grande majorité de gens sont ignorants avec un quotient intellectuel suffisant, mais dormant, oublié, négligé, au profit d’un ludisme la plupart du temps insignifiant. On ne lit que des magazines stupides, on ne lit que des titres ronflants, la plupart sur Internet, sans que la source ait été avérée. On ne lit aucun livre et on avale à peu près n’importe quoi pourvu que ce soit un peu spectaculaire dans un étalage de petites horreurs, de lourdeurs, de sorte que ce soit cool, sans quoi ce n’est pas intéressant.

L’histoire notamment est au dernier rang de l’intérêt des gens, quant à la science, on oublie ça. Finalement, si l’actualité est à ce jour l’aspect le plus consulté, il faut voir par contre qui la dispense, comme déjà dit.

Ces temps-ci, je suis en admiration devant Samuel Boutin un Guadeloupéen d’origine vivant à Poitiers et qui depuis quelques mois est le champion en titre du jeu télévisé, Tout le monde veut prendre sa place sur TV5. (74 victoires) Il incarne l’être humain doté d’une bonne intelligence et qui s’en sert. Il sait beaucoup de choses sur à peu près tout, allant du nom du cheval d’Alexandre Le Grand, aux termes sportifs du rugby, des paroles de chansons, mais également des évènements historiques et actuels. Il a une femme, des enfants, un bon job, des loisirs, il voyage, fait du sport, bref, ça ne l’a pas condamné à incarner un prof Tournesol de lire sur tout.

À mon humble avis, je crois que les systèmes scolaires ont failli à ce niveau, car c’est lorsqu’on est jeune qu’on développe le goût de lire autre chose que des BD, mais il faut des incitatifs adaptés aux jeunes et comme ils passent plus de temps avec leur prof qu’avec leurs parents, c’est de l’école que ça doit venir. Je ne sais pas comment c’est aujourd’hui, mais je me souviens très bien qu’à l’école, à la rentrée, on nous informait sur le livre à lire cette année. Un livre par année ! 

La science n’est pas une religion 

Je suis ufologue et chercheur également dans le domaine du paranormal et des phénomènes métaphysiques depuis 1966. Ce n’est pas une science, car ces disciplines composent avec des phénomènes qu’on ne peut reproduire à volonté et dans un environnement contrôlé donc, qu’on ne peut étudier et qui sont imprévisibles pour la plupart. C’est d’ailleurs à ce niveau que la science se comporte comme si elle était une religion à laquelle on adhère par la foi. Sous prétexte que nous ne détenons que des témoignages oculaires d’une part ou que ces manifestations psychiques ne peuvent être assignées à comparaître en un lieu et au moment déterminé par le scientifique, cela les énerve terriblement. Ils préfèrent hausser les épaules et considérer tout ce fouillis chaotique, pour ne pas dire ce bordel de données et d’études de pseudosciences, ce mot étant habituellement prononcé sur un petit ton méprisant.

Combien de fois avons-nous entendu les leaders politiques du monde entier utiliser cette petite phrase qui veut clore tout débat : « Il faut nous fier à la science ». Et les Évêques de dire : « Il faut faire confiance en Dieu ».

Tous reconnaissent que, n’étant pas plus médecins que virologues, ils n’y connaissent rien et que SEULS les scientifiques ont droit de parole. François Charbonneau, professeur agrégé à l’école d’études politiques de l’université d’Ottawa, publiait un excellent article le 7 août 2021 dans le Devoir. « On recourt de nos jours au concept du consensus scientifique comme s’il s’agissait là d’un imprimatur et d’une preuve de vérité. » Utilisant un terme habituellement associé à l’accréditation par l’Église d’un texte, il dénonce une pratique journalistique qui consiste à tout avaler ce que le consensus scientifique détermine comme vrai et prend à parti « les professionnels de la lutte contre les fausses nouvelles » dans les médias, comme les Décrypteurs à Radio-Canada qui se donnent explicitement comme mandat d’éviter à leurs téléspectateurs de tomber dans les pièges de certains spécialistes qui rament à contrecourant du consensus scientifique, comme ce fut le cas pour dénoncer l’entretien de Stéphane Bureau avec le Dr Didier Raoult. Il ajoute que pour ces mêmes raisons : « On expulse de même des réseaux sociaux des individus pour la même raison. »

Ce qui me fait sourire avec une certaine aigreur, dois-je le dire, c’est lorsque je rédige un article basé sur des données avérées, citant des sources crédibles et qu’un offensé du clavier vienne me dire : « Vous n’êtes pas scientifique de quel droit… ». N’étant pas avocat, je n’ai pas le droit de dénoncer l’injustice, n’étant pas curé, je n’ai pas à discuter sur l’existence de Dieu, n’étant pas agronome, je n’ai pas le droit d’arroser ma pelouse ?

Me battre sur deux fronts

J’appuie à 100% Charbonneau lorsqu’il admet lui aussi qu’il existe des milliers de théories bidon propagées à une vitesse exponentielle sur les réseaux sociaux, ce qui rend tentant pour gagner du temps, de recourir au concept de consensus scientifique comme preuve de vérité. Je le constate moi-même avec tout ce qu’on m’envoie comme preuve écrasante des avis de matante ou de mononcles, sans aucune référence ou avec des références bidon qui, d’un air supérieur, nous annoncent la VÉRITÉ. Quelle poisse !

Je dois donc me battre sur deux fronts : décontaminer l’ufologie et le paranormal des imbécilités à la tonne qui inondent le Net et me battre contre le consensus scientifique qui rejette EN BLOC toute manifestation de nature ufologique et paranormale. C’est d’ailleurs dans ces domaines que le consensus scientifique fait le plus de ravages, ne se donnant jamais la peine de sarcler les mauvaises herbes, expédiant de l’agent orange et mettant le feu à des champs entiers de données exogènes sans se préoccuper de tuer tout ce qui y vit. « La science reconnaîtra les siens ? » Il vous suffit de prononcer ufologie ou paranormal devant un scientifique, autant un petit laborantin qui teste des crèmes à bronzer qu’un astrophysicien de Harvard, pour que les deux se trouvent autre chose à faire que de vous répondre.

Il est essentiel de trouver un jour un équilibre rationnel et pondéré entre, considérer TOUTES les données de nature métaphysique VRAIE par des amateurs gobeurs qui n’ont aucun jugement et qu’un savoir très limité et considérer TOUTES ces mêmes données FAUSSES par un consensus scientifique qui, de l’avis de Charbonneau, n’est pas infaillible. Il écrit : « Le fait que plusieurs scientifiques, voire tous les scientifiques, pensent la même chose ne dit strictement rien de la vérité d’une assertion. Le consensus scientifique a déjà considéré comme vrai que la terre était plate, aujourd’hui il déclare que la terre est sphérique. »

Ce que je retiens surtout de ce propos c’est que le nombre de personnes qui croient ou ne croient pas en une chose n’a en fait aucun impact sur son existence ou sa non-existence. Il est vrai qu’à une époque, 100% des gens et des gens de sciences croyaient que les météorites étaient un mythe, les pierres ne volant pas. C’est d’une logique désarmante, mais tout à fait faux évidemment. Leur ignorance de l’apesanteur en dehors d’une centaine de kilomètres dans l’espace est ce qui explique ce reniement. Alors, ils avaient tout à fait raison de dire que les pierres ne volent pas, ne flottent pas, mais en même temps, ils avaient tort. C’est sans contredit encore vrai pour un très grand nombre d’assertions dont la plus tenace est encore à ce jour qu’il est impossible de voyager dans l’espace à une vitesse égale ou supérieure à celle de la lumière. C’est entièrement vrai, tout autant que les pierres ne flottent pas, mais… Ben voilà, personne ne peut dire qu’il n’y a pas un mais du genre : « oui, mais au-delà de 100 kilomètres, il n’y a plus de pesanteur ! » 

Dans 10, 30 ou 50 ans on apprendra que des particules voyagent à 10 fois la vitesse de la lumière, aussi impossible maintenant de juste contempler le tout comme une possibilité au même titre qu’il fut un temps où penser qu’il soit possible qu’une pierre puisse tomber du ciel était hilarant. Et chaque génération de scientifiques, depuis ces lointaines époques, est celle qui dit que dans son cas, « c’est différent, c’est impossible, on ne peut se tromper, pas nous, etc. ».

Sans argument, une opinion n’est qu’un gros bouton sur le nez

Un nombre affolant de gens pense que si un nombre X d’entre eux croit en quelque chose, cette chose est vraie. L’Église a joué là-dessus. Avant d’émettre une opinion cassante, il importe d’avoir en main des faits avérés par des sources crédibles. Trop de gens considèrent n’importe quel youtubeur comme crédible selon son apparence et son élocution. Une dame m’a déjà dit, « regardez ses yeux ça ne ment pas ». Une autre m’a dit, « il est allé à l’université, ça dit tout non ? » Une fois épurés ces faits, on bâtit un argument, on construit une structure en d’autres termes, et c’est cela qu’on présente aux autres. Avancer une opignon ou montrer qu’on a un gros bouton sur le nez, c’est la même chose.

Actuellement (septembre 2021), il existe un débat dans la société qui déchire toutes les conventions. J’entends encore des gens dire que les études pour un vaccin d’ARN messager n’existent pas ou sont récentes alors qu’elles datent de 1961. Comment des gens qui s’informent peuvent-ils ignorer cela ? Mais pourquoi en serais-je surpris quand Julie Payette vient nous dire que seuls des promeneurs du dimanche voient des OVNIS ! Cette ex de notre monarchie imposée vient de nous montrer un gros bouton sur son nez, et pourtant, en tant qu’ex-astronaute, c’est une scientifique avérée. Alors, si elle est capable de dire une telle ineptie…

La science ne fait qu’avancer de reculons !

Charbonneau rappelle une très grande vérité : « La science est un ensemble d’hypothèses et de théories vérifiées par l’expérimentation que l’on tiendra pour vraies tant et aussi longtemps que ces dernières ne seront pas remplacées par de meilleures hypothèses et théories. » C’est ce qui caractérise la science. C’est vrai tant que ce n’est pas faux.

Or, ce qui était faux est maintenant vrai ou ce qui était vrai est maintenant faux. Le problème du consensus scientifique c’est que, s’il estime qu’une chose est vraie, il écarte entièrement l’idée qu’un jour ce soit faux parce qu’il est infaillible. J’admire la science, mais c’est ici que la science dérape en oubliant que c’est en faisant des erreurs ou par sérendipité qu’elle apprend. Il faut alors parler de la démesure de l’égo des gens de science qui depuis Les Lumières ont remplacé Dieu !

Ce n’est pas de la science dont il faut se méfier, mais des humains qui la font et la défont comme si Dieu, ils étaient. Ainsi soit-il !



Catégories :Métaphysique et paranormal

Mots-clés :, , , , , , , , ,

5 réponses

  1. Je suis d’accord avec vous que ni le consensus scientifique ou l’infaillibilité papale ne sont infallibles. Cependant, il y a une grande différence entre les deux; contrairement à l’infallibilité papale qui est fixe dans le temps et immuable au gré des papes se succédant, le consensus scientifique lui évolue au gré des nouvelles connaissances acquises par les plus récentes études. En théorie, le consensus scientique est appelé à se rapprocher inéxorablement de la « vérité absolue » (si une telle chose existe). On peut donc dire que le consensus scientifique constitue une position qui se veut au plus près de cette vérité, au moment où il est émit. C’est pourquoi ce qui fait consensus en 1950 sera très différent de 2021, et ce qui fera consensus en 2050 nous jetterait probablement à terre. Finalement, je crois que ce n’est pas parce que ce n’est pas prouvé scientifiquement que cela n’existe pas.

    Aimé par 2 personnes

  2. J’ai fait tout comme vous le lien évident des dogmes religieux et sectaires même au tout début. Lorsque j’essaie d’aborder le sujet les gens ne sont pas intéressés et certains m’ont traité de paranoïaque ou complotiste. Pour moi c’était d’une évidence frappante mais je comprends que peu de gens s’intéresse à l’histoire, à l’anthropologie ou simplement au comportement humain. Je travaille dans un RPA (enfin jusqu’au 15 octobre hihi) et j’avais reçu en mars 2020 un message qui était «Grande mascarade plus vulgairement Grosse Farce» en touchant le document que l’on m’a remis pour les consignes sanitaires et de désinfection. Comme je suis la plus septique des personnes envers moi-même, j’ai tassé celui-ci pour me concentrer sur mes tâches de la semaine. Mais en mon for intérieur je savais que «l’équipe d’en haut» me signalait un indice. Pour moi lorsqu’il n’y a qu’une seule solution ça ne marche pas et je reprends mes connaissances et mes réflexions. Ce qui se passe, à mon sens, est louche dans l’insistance de vouloir absolument «vacciner tout le monde sans exception». Un livre intéressant à lire «l’envoûtement des croyances» de Placide Gaboury. Il n’est pas récent mais très pertinent dans le contexte actuel.

    Merci pour vos réflexions et c’est un plaisir de vous relire et de vous écouter !! ça fait du bien ! j’avais hâte !

    J’aime

  3. Merci très intéressant comme article, je me suis toujours dit que tout est possible, toujours regarder au delà, l’évolution humaine avance petit à petit ,que se soit science ou autre ,l’humain a beaucoup à apprendre

    J’aime

  4. Bravo! La science comme les religions ne sont pas infuses. Leurs grandes vérités du moment sont souvent truffées de faussetés qui se réajustent plus tard. La science évolue en bien ou en mal pour l’humanité et les religions stagnent dans leurs enseignements superstitieux. Nous ne devons pas tout croire et tout gober comme si nous étions des récipients vides…

    Aimé par 1 personne

  5. Merci pour ton texte, bien sur la science n a pas de réponse à tout,parfois elle se contredit parfois elle se confirme, je ne suis pas un scientiste mais je me crois assez équilibré pour pas bouffer n importe quoi.L’ infaillibilité se trouve chez les patients en psychiâtrie Les étudiants de nos jours ont une éducation techno, ordis, tablettes, i-phones tout est là pour facilié et endormir l intélect., ils ignorent mesurer 3pieds 3 pouces et donner du change sur un  billet de 20$ Les centaines heures sur des jeux de tout  acabit remplacent les petits ‘que sais-je et j ai lu  »qui ocupaient nos  temps de lecture,   La télé éducative des années 50-60 fait place à des émissions tel que Occupation double, sexe, oisivité, argent et narcissisme, ce poison toxique empoisonne une jeunesse damns le vestibule adulte, on va pas loin., demande moi, 15 ans auprès des personnes en guérilla familiale,  Denis Lévesque qui fait son petit drole lorsqun il ignore un sujet fait rire un auditoire confdamner à l imbécilité  jusqu’à leur mort, je le trouve pas drole avec son attitude lorsque tu parles. Comme tu constate je n ai pas la plume d érudits qui te répondent sur ton blogue et c est bien ainsi , mais je vois ou on s en va,  Concernant les OVNIS mon pèrer y a consacré une grosse parti de sa vie, il était membre de l astronomie royale du canada, cétait pas son métier mais sa passion. Porte toi bienMichel

    J’aime

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :